Colloque sur la critique d’art : présentation du projet autour des Lettres françaises

Lors du colloque « Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques » (Paris, INHA, 18 mai 2017, & École des chartes, 19 mai 201), deux membres de l’Equipe Aragon, Julie Morisson et Alice Lebreton, ont été invitées à présenter les travaux de recherche sur le corpus numérisé des Lettres françaises (hébergé à titre expérimental et en accès réservé aux chercheurs sur la plateforme E-Man)

Julie Morisson (Docteur ès Lettres, membre de l’équipe Aragon de l’ITEM)

L’invitation de Marie Gispert et de Catherine Méneux à participer à la  table ronde du Colloque « Une nouvelle histoire de la critique d’art à la lumière des humanités numériques » en mai 2017 a été l’occasion de  présenter le projet de numérisation des Lettres Françaises.

Cette courte intervention avait pour vocation de présenter l’intérêt  scientifique et les multiples possibilités offertes par la numérisation  de ce vaste corpus sériel. Je suis ainsi revenue sur les axes de recherches choisis par notre équipe ainsi que sur les fonctionnalités et la  plasticité de la plateforme E-man. Une fois ce tour d’horizon établi,  j’ai pu évoquer plus spécifiquement mes problématiques de recherche, à savoir la dimension génétique du journal et les textes de critique d’art signés par Aragon. J’ai exposé très brièvement de quelle manière les textes  critiques, et plus largement le journal lui-même, s’appréhendent comme  un avant-texte, une matrice de pensée qui vient nourrir et innerver la  création romanesque dans les années cinquante et soixante.

L’échange entre la salle et les intervenants de la table ronde fut également l’occasion de rappeler l’émulation apportée par la complémentarité des  personnels. Notre équipe, à l’appui de certaines autres, notait l’importance d’un partage du travail d’indexation et de rédaction des  notices, puis insistait sur la richesse d’une recherche collégiale où les connaissances, affinités et préférences de chacun se mettent au  service des autres. Il fallut également rappeler que les personnels — ingénieurs informatiques et chercheurs en lettres — travaillent  naturellement en convergence, s’efforçant de comprendre les besoins  des uns et les exigences des autres afin de faire avancer efficacement  le projet.

Alice Lebreton (Master I, Université de Poitiers)

Le numéro 1104 des Lettres françaises du 4-10 novembre 1965, consacré en partie à André Masson, fait apparaître l’idée que la ligne éditoriale des Lettres françaises est traitée comme composition d’un tableau. Les récurrences d’échos entre articles et entre numéros s’entendent en fonction d’un discours de presse tressé de textes et d’images dans un espace qui exprime tant les obsessions idéologiques, esthétiques, que la révélation d’une nouvelle période de correspondance graphique et d’amitié entre Aragon et André Masson.

Le projet numérique permet de  suivre le trajet des associations d’idées qui fascinent tant Aragon comme il l’écrit dans Blanche ou l’oubli dont certaines strates temporelles datent de 1965:

« On vit de fil en aiguille, de propos en propos…locution, dit Littré, prise de travail de la couturière qui après avoir mis un fil, coud avec l’aiguille et, après avoir cousu avec l’aiguille, reprend du fil, et ainsi de suite. »

Ainsi, l’image La femme entre les deux âges en Une de ce numéro de novembre 65 démontre que la démarche romanesque d’Aragon se reflète dans une forme de poétique éditoriale, en correspondance.

Liens: 

-> Page de présentation du projet Lettres françaises

Responsables: Luc Vigier, Richard Walter

-> Site de l’Equipe Aragon de l’ITEM

Direction: Luc Vigier

-> Présentation du colloque de mai 2017 sur la critique d’art

Responsables: Marie Gispert et Catherine Méneux