Le fonds Thierry Smolderen: la genèse graphique et conceptuelle du scénario de bande dessinée (1)

Du nouveau en génétique: la bande dessinée

L’exploitation génétique des fonds d’écrivains contemporains n’est pas une nouveauté en soi: depuis la fin des années soixante-dix, la génétique des textes et la mise en valeur des informations remarquables contenues dans les manuscrits a véritablement créé de nouveaux réflexes de conservation et d’études, dont les fonds de la BNF mais aussi l’Institut des Textes et Manuscrits et l’IMEC ou encore le Musée de la bande dessinée à Angoulême portent la marque. De même, l’étude des signes non-verbaux, des esquisses et des dessins d’écrivains a déjà fait l’objet d’approches scientifiques (voir à ce sujet le numéro 37 de la revue Genesis, « Verbal / Non-verbal », 2013). Ce qui est nouveau ici, comme dans l’ensemble du numéro 43 de la revue Genesis (2016), c’est de verser l’ensemble des matériaux préparatoires de la bande dessinée dans le domaine d’étude de la génétique des textes: éléments scénaristiques, dessins, esquisses de planches, thèmes, concepts, découpage, composition, dialogue, supports papiers et informatiques. Les illustrations ici présentées sont des miniatures qui peuvent être agrandies d’un simple clic.

Thierry Smolderen et la série Convoi (Les Humanoïdes associés)

Thierry Smolderen, né en 1954 à Bruxelles écrit et compose des scénarios pour la bande dessinée depuis les années 80 avec une prédilection pour les espaces temporels décalés (futur de science-fiction, anticipation mais aussi retour vers les années 50 ou 60) et une attention particulière à la manipulation des strates de vérité par l’homme, l’état, la science, la technologie, le rêve et la mémoire. Il a été récemment, et à de multiples reprises, récompensé pour son dernier album dessiné par Alexandre Clérisse, L’Eté diabolik chez Dargaud.

Convoi, Les Aventures de Karen Springwell est une série de quatre albums publiés entre 1990 et 1995 au Humanoïdes associés, conçue et scénarisée par Thierry Smolderen et dessinée par Philippe Gauckler. A notre demande, Thierry Smolderen a accepté de nous confier le dossier des documents préparatoires qu’il avait conservés, constituant ainsi un ensemble de données manuscrites, graphiques et dessinées impliquant une prise en compte des signes non-verbaux du processus tout autant que des anticipations graphiques et, dans l’autre sens, une prise en compte de l’influence des esquisses et intuitions dessinées sur le scénario lui-même.

Thierry Smolderen a bien voulu explorer le souvenir qu’il a de ses pratiques d’écritures et de composition et le texte publié dans le Genesis 43 donne un aperçu très vivant des procédures qu’il a conscience d’utiliser, avec toutes les réserves (par lui-même émises) qu’on peut avoir à l’égard de ce type d’autopsie. Toujours est-il que ce texte contient de nombreuses pistes qui, pour être formulées en 2015-2016, n’en sont pas moins toujours pertinentes pour le fonds concerné ici, plus ancien. Nous avons donné, dans ce même numéro de Genesis, un aperçu illustré des divers documents présents dans les dossiers transmis. Nous proposons ici, comme préalable à une étude plus fine des documents et à différents essais de transcription, de décrire le contenu général des dossiers.

Contenu général du fonds Smolderen

Les dossiers que nous avons reçus se composent, dans l’état de l’archivage informel d’origine, de quatre grands dossiers regroupés dans des enveloppes qui correspondent aux grandes étapes de travail et que nous avons nommées en fonction des noms les plus visibles sur le recto de l’enveloppe:

  1. L’enveloppe « Smolderen/ Wilson »
  2. L’enveloppe « Gauckler / Gilou »
  3. L’enveloppe  « Treignes » (en raison d’une adresse portée sur l’enveloppe)
  4. L’enveloppe « Saint-Ogan » (en raison du logo Pingouin dessiné par Saint-Ogan, associé à l’époque au « Salon international de la bande dessinée » d’Angoulême)

Les sous-ensembles principaux peuvent être ainsi décrits:

  1. Enveloppe « Smolderen / Wilson »
    1. Le cahier rouge à spirales , 19 feuillets utilisés, texte manuscrit et nombreux dessins associés ou insérés.
    2. Pages détachées du cahier à spirales: 7 feuillets, nombreux dessins associés ou insérés.
    3. Feuillets libres (format A4 ou 24×32): 19, certains au verso d’un tapuscrit sans rapport apparent avec le scénario et consacré aux travaux de Pierre Sterckx sur Hergé, nombreux dessins associés ou insérés.
    4. Deux feuillets détachés d’un carnet à spirales plus petit contenant des dialogues.
    5. Une grande enveloppe blanche, « Le Journal de votre enfant », descriptions, éléments de décor et dessins.
  2. L’enveloppe « Gauckler / Gilou »
    1. 18 Feuillets détachés d’un carnet à spirales, format identique aux feuillets détachés de l’enveloppe 1: dominante textuelle et schématique, nombreux schémas de composition.
    2. 25 Feuillets volants très denses, avec quelques dessins, principalement consacrés à la composition des albums et au dialogue, nombreux schémas et lignes chronologiques.
    3. 7 feuillets d’un cahier à spirales de format identique au cahier rouge de l’enveloppe 1.
    4. Un tapuscrit imprimé par imprimante à aiguilles intitulé « Convoi / Synopsis global de trois épisodes » avec présentation des « Personnages principaux », daté du « 10-88 »: 5 feuillets imprimés au recto.
    5. Un document de cadrage de Pierre Sterx (ERG) sans lien apparent avec le reste du dossier.
  3. L’enveloppe « Treignes »:
    1. 7 Feuillets A4 sur papier à entête de NEI International Combustion Ltd: écriture suivie des séquences d’un épisode, du prologue à l’épilogue.
    2. 9 feuillets A4 sur papier blanc issu d’un bloc: notes de composition et de structure.
    3. 6 feuillets en bloc relié: notes de composition, divers « chemins de fer » et quelques concepts.
    4. 9 feuillets en bloc A4 relié: vue d’ensemble du monde fictionnel ou d’un album, concepts, principes généraux, allusions historiques, concepts liés au jeu.
  4. L’enveloppe Saint-Ogan
    1. 2 feuillets détachés d’un cahier à spirales identiques au cahier de l’enveloppe 1: schémas de composition.
    2. Bloc papier perforé pour imprimante à aiguilles: classement par catégories thématiques des éléments constitutifs du monde de Convoi.
    3. 15 feuillets A4 sur verso d’un texte imprimé: compositions, thèmes et dessins.
    4. Un feuillet avec découpage très précis de l’album au recto et esquisse de planche au verso.

On notera aussi la présence d’une disquette 3’1/4 que nous n’avons pas pu ouvrir à ce jour. Thierry Smolderen et Philippe Gauckler nous ont indiqué que les disquettes étaient assez nombreuses et que d’autres dossiers, concernant cette fois le travail du dessinateur, pourraient venir compléter ce fonds.

Perspectives d’études génétiques:

A ce stade, on peut envisager dans leur ordre chronologique les strates principales du travail, qui s’échelonne en plusieurs blocs à partir de 1988 et probablement au-delà de la publication du premier album et tenter d’identifier les lieux de cristallisation des idées premières autant que les intuitions écartées, notamment en ce qui concerne les données techniques et politiques du monde futuriste envisagé, dont les valeurs sont soulignées par divers effets (marques, industrie, publicité, modes, hyper-présence des écrans de toutes sortes). L’étude du découpage, que l’on peut mener à partir des schémas de répartition des scènes, sera certainement un secteur important d’observation tant il semble que la quadrature du cercle se situe dans ce conflit interne entre une floraison d’éléments-monde et le peu d’espace disponible pour les représenter, à l’intérieur des 50 pages allouées à chaque album. Les schémas de composition et de rythme des pages, le calcul des équilibres entre les différentes séquences constituent, dans le fonds actuel, l’essentiel des données. L’écriture scénaristique elle-même est moins présente mais des documents de synthèse permette de comprendre les moments de synthèse et de dialogue formel avec l’éditeur. On aura à se plonger dans le phénomène du texte-pour-l’image (L. Vigier, Genesis 43, 2016) qui implique une écriture entièrement orientée par l’imaginaire iconique projeté du scénariste sur l’univers graphique du dessinateur et des coloristes. Les documents mixtes sont nombreux et semblent issus de conversations entre le scénariste et le dessinateur, lorsque ce n’est pas le scénariste lui-même qui dessine ou le dessinateur qui propose des dialogues. Il y a dans ce cas des enjeux de transcription dont certains langages xml pourraient donner une transcription utile. Enfin, dans ce cadre du texte-pour-l’image, l’écriture des dialogues, leur évolution très fine liée aux contraintes spatiales des phylactères, doivent faire l’objet d’une approche assez serrée, tant le texte des dialogues manifeste sa nature de texte pour la bande dessinée, avec des déterminations propres à ce seul medium.

Luc Vigier

Université de Poitiers

ITEM