Digital Alfieri

La construction d’un auteur à travers l’étude de ses manuscrits

Le projet Digital Alfieri vise à la réalisation d’une édition savante numérique de l’archive littéraire de l’écrivain piémontais Vittorio Alfieri (1745-1803).

L’étude génétique des multiples réécritures de l’autobiographie de Vittorio Alfieri est susceptible d’enrichir l’étude sur la littérature européenne d’un important cas d’étude concernant l’auto-perception de l’auteur et son lien avec les archives littéraires. La plateforme e-Man va accueillir la transcription des multiples rédactions de l’autobiographie de Vittorio Alfieri, la Vita (Ma Vie), mais aussi les mettre en relation entre elles, afin de mettre le lecteur du site en condition de suivre la progressive mise-à-point de l’image de soi par l’auteur.

Financée avec une bourse Marie Sklodowska-Curie de la Commission Européenne, la première étape de ce projet porte sur l’édition du ms « Alfieri 13 », conservé à la Bibliothèque Medicea Laurenziana de Florence. Dans ce recueil manuscrit sont assemblées plusieurs ouvrages ayant trait au parcours biographique de l’écrivain : à côté de la première rédaction de Ma Vie (l’autobiographie d’Alfieri) ce recueil contient aussi, entre autres, une rédaction intermédiaire des Rime, quelques sonnets et épigrammes pour le Misogallo, ainsi que l’America Libera, des traductions et des Satires. Il s’agit d’un document très intéressant d’un point de vue codicologique ; il est aussi à étudier « à part entière » parce qu’il témoigne de la génèse et de l’interrelation entre les ouvrages et qu’il permet de saisir les enjeux de la stratégie autobiographique d’Alfieri. L’étude génétique, en explorant les différentes réécritures de ce corpus manuscrit et les liens existant entre Ma Vie et les autres textes de l’auteur, permet de saisir l’évolution de l’image qu’Alfieri souhaita léguer à l’histoire en tant qu’écrivain.

La plate-forme e-Man va d’abord accueillir la transcription des multiples rédactions de l’autobiographie de Vittorio Alfieri, la Vita (Ma Vie). Cet ouvrage est, d’un point de vue philologique, un véritable hybride textuel, étant divisée en deux parties dont le texte de la Première Partie a été finalisé par l’auteur, alors que la Deuxième Partie demeure inachevée. L’architecture de l’édition va témoigner de cette bipartition (aussi bien éditoriale que philologique) de l’ouvrage.

« Ma vie » : Première Partie

A la fin des années 1780, alors qu’il vit à Paris, Alfieri en s’appuyant sur des listes d’événements et sur toute une série de documents préparatoires, rédigea une première ébauche de la Première Partie de son autobiographie. Il est largement admis que la première version de Ma Vie dont on dispose est la transcription d’un original perdu. Cette première ébauche n’a pas été conservée. L’auteur la retravailla ensuite, résultar qu’il transcrivit après à Paris sur le ms. Alfieri 13, du 3 avril au 27 mai 1790, comme le confirment les datations autographes qui figurent sur les marges des feuilles manuscrites.

Il referma ensuite son ouvrage en apposant des sceaux en cire et en s’engageant à revenir sur ce texte dès l’âge de cinquante ans, à partir donc de 1799. En fait, il rouvrit le manuscrit avant cette échéance, à Florence, en 1798 : à partir de cette date il commença à corriger et retravailler le texte en déplaçant des épisodes, en modifiant la ponctuation et le lexique et, surtout, en ajoutant des événements au récit.

En ce qui concerne la première version de la Première Partie, Alfieri intervint sur le ms Alfieri 13 à plusieurs reprises qui s’articulent autour de deux moments chronologiquement éloignés : l’écriture du texte de base (en 1790) et un processus de correction radicale qui eut lieu huit ans après, à partir de 1798. Par conséquent, il y a deux couches d’écriture qui se superposent sur la même page du manuscrit. C’est justement cet écart temporel qui nous permet de mesurer l’évolution de l’image que l’auteur a de lui-même. Le véritable enjeu de l’étude de ce manuscrit est donc celui de démêler ces deux phases d’écriture (chacune desquelles a sa propre diachronie et un certain nombre de « sous couches » d’écriture). Pour confronter les deux rédactions de cette première version du texte, il faut comparern les deux systèmes textuels, et donc qualifier l’ensemble des retouches dans leurs interrelations.

La Première Partie de la Ma Vie, ainsi remaniée, fut aussitôt transcrite dans les deux volumes du ms Alfieri 24_1-2, qui contiennent la deuxième version (mise au net) du texte, à l’usage de l’imprimeur ; ce processus de relecture, correction et transcription de la Première Partie occupa Alfieri jusqu’au 2 mai 1803. La première et la deuxième version (c’est à dire : ms Alfieri 13 et ms Alfieri 24_1-2) de la Première Partie différent à plusieurs égards, aussi bien sur le style, des tournures, des choix lexicaux que sur la structure du récit. Il est donc très intéressant de comparer les deux versions du texte : celle du ms. Alfieri 13, avec ses deux rédaction entremêlées, et celle des mss. Alfieri 24_1-2.

C’est pour cette raison que pour chaque chapitre de la Première Partie la plateforme e-Man prévoit trois notices ; les deux premières sont consacrées à la première version du texte, celle du ms. Alfieri 13 – et l’une proposant la transcription du texte de base (1790), et l’autre celle du texte remanié (1798 v.) – alors que la troisième a comme objet la deuxième version du texte (1798-1803), celle calligraphiée par l’auteur dans les manuscrits Alfieri 24_1-2.

« Ma Vie » : Deuxième Partie

Après avoir achevée la transcription de la Première Partie, Alfieri se consacra ensuite à l’écriture de la première rédaction de la Deuxième Partie de son autobiographie (toujours vraisemblablement en s’appuyant sur des ébauches dont on n’a pas la trace), qu’il recopia sur le ms. Alfieri 13, du 4 au 14 mai 1803. Ce fut la première et unique rédaction : Alfieri mourut en effet au mois d’octobre de la même année, sans pouvoir parfaire la révision de la Deuxième Partie, qui demeure ainsi inachevée. Si le récit des faits semble achevé, le travail de révision et de correction ne fut pas accompli, comme le confirme la présence de quelques notes de régie qui témoignent de son intention de modifier certains passages ou d’ajouter d’autres précisions. Pour la Deuxième Partie, par conséquent, la plateforme e-Man ne prévoit qu’une seule notice, consacrée à l’édition et transcription du texte conservé dans le ms. Alfieri 13.

(projet en cours d’élaboration sur la plate-forme e-Man)

(responsables du projet : Christian Del Viento & Monica Zanardo)