Génétique éditoriale de la première modernité _ compte rendu de la première séance

Marque typographique de Josse Bade (détail), Scripta oxoniensia in quatuor Sententiarum libros. Paris, Josse Bade, 1519.

Marque typographique de Josse Bade (détail), Scripta oxoniensia in quatuor Sententiarum libros. Paris, Josse Bade, 1519.

15 novembre 2016, ITEM, Paris 17e.

Le point de départ de la réflexion de ce séminaire, organisé par Anne Réach-Ngô et Richard Walter,  réside dans le constat que tout un pan de la production littéraire des XVIe et XVIIe siècles a été communiqué à ses lecteurs sous une forme éditoriale complexe :
– des recueils collectifs, partiellement anonymes, comprenant des pièces posthumes mêlées à des pièces contemporaines,
– publiés de manière successive et simultanée lors de rééditions par un même imprimeur ou groupe d’imprimeurs, lors d’éditions concurrentes par des imprimeurs différents, en des réactualisations qui peuvent être séparées par plusieurs décennies,
– en des éditions qui proposent, sous un même titre, un ensemble de pièces dont la nature, le nombre, l’ordre, les intitulés, parfois les textes eux-mêmes varient considérablement d’une édition à l’autre,
– les rééditions se nourrissant d’un réseau d’autres publications, dont elles empruntent parfois des morceaux, ou dont elles s’inspirent largement.

Le Thrésor des joyeuses inventions du parangon de poésies, dont on se propose d’établir collectivement une édition critique numérique d’ici fin 2018, constitue à cet égard un bon exemple de l’intervention de la genèse éditoriale dans la définition de l’œuvre.
Ces caractéristiques définissent un régime textuel qui se distingue nettement de la conception de l’œuvre moderne sur laquelle s’est fondée la génétique textuelle pour établir ses concepts et outils : l’existence d’un manuscrit d’auteur, dont l’élaboration témoigne d’un processus individuel d’écriture, aboutissant à un objet stabilisé, l’œuvre, destinée, par la suite, à connaître une seconde genèse, cette fois-ci éditoriale, bien distincte de la première étape qui, elle, relève de la genèse auctoriale.
Cette indistinction des deux étapes de production de l’œuvre (que l’on peut encore désigner par les notions de « mise en texte » et de « mise en livre ») n’est pas propre à la période de la première modernité (ou de l’Ancien Régime comme on le dit pour les corpus français). Elle caractérise également les mutations de la production textuelle à l’heure du numérique :
– l’auctorialité du texte numérique se redéfinit à l’aune du développement des pratiques d’écriture nativement numérique et collaborative,
– le processus d’éditorialisation du texte numérique fait intervenir une diversité d’acteurs dont la distribution des rôles est fluctuante,
– les notions de « texte » et d’« œuvre » se pensent aussi en termes de « contenu », de « données » et de « corpus », suggérant que l’acte de publication consiste non pas à produire un objet textuel clos, invariant et attribuable à un auteur, mais à mettre à disposition à un temps T un ensemble de données traitées suivant les objectifs du projet éditorial (ou les résultats de la requête).
À partir de ces observations, l’hypothèse de travail du séminaire consiste à supposer que les outils de visualisation et d’interrogation des contenus et des corpus propres à l’édition numérique peuvent fournir des pistes de réflexion pour concevoir un outil de publication adapté à la complexité des formes éditoriales des XVIe et XVIIe siècles précédemment évoquée, et en l’occurrence du Thrésor des joyeuses inventions.
À l’arrière-plan de la réflexion, peuvent être formulés deux questionnements méthodologiques fondamentaux :
– comment établir, de nos jours, une édition critique des recueils collectifs des XVIe et XVIIe siècles, sans les amputer de la littérarité qui réside dans les formes éditoriales que ces œuvres ont connues ?
– une édition qui parviendrait à restituer les mutations de cette œuvre au cours de ses éditions simultanées et successives, prenant en compte le réseau des livres qui a concouru à sa publication, peut-elle être considérée comme une « édition génétique » ?