Génétique éditoriale de la première modernité _ compte rendu de la quatrième séance

28 février 2017,  ITEM, Paris 17e.

Visualisation des variantes textuelles, approches quantitative et qualitative

1. Choix méthodologiques et définition du projet éditorial

Lors de la quatrième séance, on est revenu sur les choix initiaux visant à définir le projet
d’édition critique du Thresor des joyeuses inventions et les questionnements que cela
nécessite d’aborder avant de poursuivre une telle édition numérique.


– Ne pas partir d’une édition pivot pour publier les variantes des diverses éditions : dans
quelle mesure le TJI peut-il être considéré comme une « oeuvre », si l’on prend en compte les
diverses instances éditoriales qui participent à sa reformulation ? Quelle valeur a le maintien
du titre d’une édition à l’autre ?
– Maintenir la perspective d’une édition critique centrée sur le corpus des pièces du TJI, en
prenant en compte toutes les versions (« pièces ») d’un même « poème » : que fait-on des
occurrences des poèmes qui suivent la publication de la dernière édition du TJI si l’on se
place dans la logique d’une édition critique et non dans l’édition de corpus ?
– Envisager l’édition critique également comme un outil de recherche : comment rendre une
telle édition encore lisible sans la saturer d’informations différentes ? Quels peuvent être les
usages, les modes d’interrogation d’une telle édition critique ? Faut-il penser l’édition critique
envisagée comme une édition critique « augmentée » (au centre, le TJI ; autour, des éléments
de contextualisation) ou comme une édition de corpus (sans centre prédéfini) ?
Selon les orientations choisies, se posera alors la question du recours, ou non, au balisage
avec la TEI pour l’interrogation des variantes textuelles.
Il conviendra également de définir les critères qui permettent de définir le « noyau » stable de
chaque poème, ce qui n’est pas soumis à variation d’une pièce à l’autre. Les métadonnées
(Dublin Core ou autres) servent à décrire la ressource. Faut-il aussi y indiquer les variations et
comment ? Question ouverte encore.

2. Premiers résultats du séminaire technique

De janvier à mars 2017, la petite équipe du séminaire technique a établi le protocole de
transcription des éditions du corpus primaire et a établi la liste de tous les poèmes du corpus
(526 pièces, 412 poèmes), dont la transcription de l’incipit a été faite en français modernisé
pour neutraliser les variantes graphiques (graphies, ponctuation, majuscules).
L’analyse de la composition des 4 éditions du TJI a permis d’élaborer un tableau
d’équivalence entre les pièces des 4 éditions, où se trouve indiqué le rang de chaque pièce
dans chacune des éditions. Suivant le tri que l’on fait du tableau, suivant telle ou telle colonne,
on peut ensuite comparer les rangs et observer les remaniements (mais pour l’instant, des
résultats que l’on obtient à la main). Il va donc falloir réfléchir à l’élaboration d’un outil de
gestion, d’exploitation et de rendu de ces remaniements.
-> Sous quelles formes l’édition critique du TJI va-t-elle donner accès aux variantes textuelles
d’une édition à l’autre du TJI mais aussi dans les diverses éditions où paraît le poème ?
Cela sera abordé au cours des séances à venir.

3. Représentation graphique du réagencement des recueils, approche quantitative
(Richard Walter)
Les essais sont peu concluants à partir d’un tableau Excel. Les outils classiques de
visualisation ne sont pas adaptés : ils fonctionnent toujours à partir de coordonnées fixes
(abscisses). Quoi choisir pour fabriquer son tableau : nombre de pièces, position des pièces
dans le recueil ? Sur une ligne de temps (courbe) on peut seulement voir des paquets de
distribution, des tendances.
A retenir : on ne peut pas travailler à partir d’un tableau rempli de croix : il faut des données
chiffrées ou mieux formulées (oui/non, 0/1), une base pour la comparaison. On a alors pris le
chiffre fourni dans la TDM. On oublie les « courbes de distribution ».
Par contre si on prend une édition pivot qui est l’abscisse et qui propose une courbe complète,
on arrive à mieux visualiser les variantes avec d’autres éditions. On peut alors se focaliser sur
les points sortant de la courbe et sur leurs écarts. Cela a bien marché avec les éditions
Groulleau et Bonfons qui ont beaucoup de pièces similaires aux autres mais cela est moins
visible avec l’édition Cousturier car il a beaucoup de pièces « uniques » (l’absence d’une
courbe bien tracée est aussi un indice).

4. Présentation qualitative des variantes textuelles : le cas d’Alfieri et de Leopardi
(Monica Zanardo).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Richard Walter (24 mars 2017). Génétique éditoriale de la première modernité _ compte rendu de la quatrième séance. EMAN. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6kd