Archives mensuelles : octobre 2018

Du dessin à la scène – le cas Little Nemo – De la bande dessinée à l’opéra

Expérimentation génétique de sources multimédia de la création

Le projet Les Sources génétiques de l’opéra et l’expérimentation sur la collection Little Nemo vous invitent à une journée d’études

Mercredi 7 Novembre 2018 de 10H à 17H

Université de Poitiers,
Salle Augustin Fresnel – i-médias – bâtiment B21, 7, rue Shirin Ebadi, 86000 Poitiers

Cette journée est consacrée au projet Du dessin à la scène qui veut étudier et expérimenter les liens génétiques entre une bande dessinée historique, Little Nemo in Slumberland de Winsor McCay (1905), et un opéra contemporain : l’opéra Little Nemo, créé en 2017 à Nantes, composé par David Chaillou, livret d’Olivier Balazuc et Arnaud Delalande.

À travers ce projet sur la plateforme EMAN, il s’agit tant de questionner les objets et les méthodes de la critique génétique en milieu numérique que les rapports entre les arts (lyrique, littéraire et graphique)  et leurs pratiques de mise en récit, mise en image, mise en scène et mise en musique en œuvre au cours des processus de création. Le caractère pluri-artistique de l’opéra et de la bande dessinée permet d’avoir une perspective originale sur les processus de transformation, d’adaptation  et de transposition.

Journée organisée par Emmanuelle Bousquet (Université de Nantes), David Chaillou (ESPE Lille nord de France), David Chesnet (Université de Poitiers), Marie Dupond (Eman) et Richard Walter (Item, ENS/CNRS). Avec la participation de Luc Vigier et de Thierry Smolderen.

Voir le programme de la journée.

Continuer la lecture

Génétique éditoriale de la première modernité – « Transmettre en ligne les corpus de la première modernité : modes exploratoires et expériences de visualisation »

Séminaire organisé par Anne Réach-Ngô (Université de Haute-Alsace, IUF) & Richard Walter (ITEM-CNRS)


Il est fréquent que la circulation des textes sous forme manuscrite et imprimée – avant, pendant et après leurs divers processus de publication – entraîne, notamment aux XVIe et XVIIe siècles, des réécritures, augmentations et reconfigurations de l’oeuvre littéraire. Appréhender les spécificités de la genèse de ces oeuvres produites avant l’ère du livre industriel présuppose dès lors de penser conjointement, et dans un processus non nécessairement linéaire, l’étape de la mise en texte et celle de la mise en livre. Si l’hypothèse d’une génétique textuelle sans brouillons d’auteur (A. Grésillon, B. Beugnot, M. Jeanneret, P. Dandrey), de même que celle d’une génétique éditoriale (J.-M. Adam, R. Mahrer, V. Nicollier-Saraillon), ont déjà nourri l’étude des textes modernes, l’analyse du statut de la « variante éditoriale », et de ce qu’on pourrait appeler un « brouillon d’éditeur » (A. Réach-Ngô), mérite d’être posée spécifiquement en ce qui concerne les périodes dites « anciennes ».

Continuer la lecture