Sources génétiques de l’opéra : Bilan de stage – juillet-août 2017

par Marion Pinchault

J’ai effectué un stage du 3 juillet au 31 août 2017 sous la tutelle de l’Institut des textes et manuscrits modernes et du laboratoire L’Antique, le Moderne de l’université de Nantes. Cette expérience professionnelle m’a permis d’appliquer des connaissances en matière de projet éditorial, acquises au dans la formation professionnelle Patrimoine Écrit et Édition Numérique au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours : saisir les enjeux d’un projet collectif en humanités numériques, savoir traduire les besoins de la communauté scientifique pour ensuite les faire correspondre à des développements informatiques ; en d’autres termes, assurer le dialogue et les échanges entre l’éditeur, le chercheur et le développeur informatique en vue de produire un modèle éditorial numérique pour un corpus scientifique.

Sous la direction de Richard Walter, j’ai intégré un projet hébergé par la plate-forme, nouvellement nommée EMAN : « Collections des sources génétiques de l’opéra », dirigé par Emmanuelle Bousquet du laboratoire L’Antique, le Moderne, et avec un intervenant extérieur, l’informaticien Vincent Buard. J’ai donc participé à un travail de réflexion sur l’élaboration et l’expérimentation d’une visualisation de données d’un corpus de documents numériques, les sources génétiques d’un opéra. Il s’agit d’une création originale du compositeur David Chaillou, Little Nemo.

L’approche des sources génétiques de l’opéra

C’est le premier projet présent sur la plate-forme EMAN des archives issues d’une œuvre opératique. Il a d’abord fallu appréhender des documents de différentes natures : vidéo, partition, écrits, documentations de mise en scène, documents administratifs tels que les billets de services produits par le théâtre organisant la première représentation de l’opéra étudié. Ces documents peuvent parfois apparaître un peu déroutants car ils ne correspondent pas toujours aux documents auxquels nous pourrions nous attendre dans le cadre de l’étude du processus de création d’une œuvre : ce sont des documents techniques alors qu’on s’image plus affaire à faire à des manuscrits…

Toutefois, cette difficulté a pu être surmontée, grâce aux nombreux échanges avec Emmanuelle Bousquet, spécialiste de l’histoire de l’opéra et avec David Chaillou, le compositeur de l’opéra Little Nemo. Ces échanges ont été fructueux, dans la mesure où ils m’ont permis de mieux comprendre le langage de l’opéra, notamment la déclinaison de l’œuvre en trois arguments dramaturgiques : l’écriture (le livret), la musique et la mise en scène.

Traitement et intégration de collections sur la plate-forme

Pour les besoins de l’expérimentation de visualisation des sources génétiques de l’opéra, il a été nécessaire de constituer un échantillon de notices test. Dès le début du stage, j’ai eu à effectuer un certain nombre de saisie de notices de collections et de contenus sur la plate-forme EMAN. Pour ce faire, je me suis directement appuyée sur le guide de saisie sur Omeka dans EMAN. Ce guide a été réalisé par Chloé Menut, également étudiante issue du master 2 Patrimoine Écrit et Édition Numérique et stagiaire l’an passé à l’Item. Ce guide de saisie est un outil indispensable dans chaque projet de publication de documents numériques sur la plate-forme EMAN, il est très facile d’utilisation, les différentes entrées prévues dans le document sont autant de voies d’accès rapides pour saisir convenablement des notices.

L’obtention de certains documents dans le cas d’une création originale est encore très fortement souscrite à la disponibilité des auteurs de l’œuvre de nous transmettre leurs documents ayant servi à la création de l’opéra (partitions annotées, manuscrits du librettiste, échanges entre le compositeur et le metteur en scène, etc.). Car ces documents peuvent encore servir à faire évoluer l’œuvre ou d’autres.

Les documents sont en plus nativement numériques. C’est pourquoi, dans le cadre de la durée du stage, il n’y pas eu de campagne de numérisation ou d’intégration de documents inédits, nous avons travaillé sur les dossiers et documents mis à la disposition du théâtre pour la création.

Processus de conceptualisation, visualiser les données des collections

Au commencement du stage, il a fallu réfléchir à une architecture des parcours génétiques en offrant plusieurs entrées dans les documents numériques présents sur le site. L’objectif est de retracer le parcours génétique de chaque œuvre et d’opérer des comparaisons entre les opéras. Au cours du stage, j’ai eu a effectuer des expérimentations sur un seul corpus de documents : ceux de l’opéra Little Nemo. Néanmoins, il s’agissait de prévoir un prototype, avec un modèle type de visualisation décliné en plusieurs graphes. Au cours des échanges que nous avons eu, Richard Walter, le prestataire Vincent Buard et moi-même, une autre représentation graphique des données nous est apparu pertinente, il s’agit de la ligne du temps ou timeline.

La visualisation des données par graphe et par timeline, représentations graphiques à la fois spatiale et temporelle, rencontrent l’un des enjeux des porteurs de projet : offrir à l’utilisateur des parcours génétiques dans l’ensemble des contenus présents sur le futur site. Ce type de visualisation des données doit pouvoir être utilisée aussi comme un outil supplémentaire dans l’analyse des documents.

Par ailleurs, l’orientation des réflexions sur la visualisation est aussi déterminée par les métadonnées dont nous disposons dans le projet. Il est évidement que les métadonnées temporelles (Dublin Core : Date) sont autant d’éléments indispensables si l’on veut replacer les contenus sur la timeline. Cependant, la diversité des contenus du corpus ne permet pas toujours d’offrir cette unité de temps (par exemple il y a souvent la même date et alors on a besoin de descendre dans une granularité plus fine) et de nombreux contenus ont des problèmes de datation (comment situer une œuvre dont on ne connait que l’année d’écriture face à d’autres dont on connait le mois voire le jour?). Toutefois, cette timeline est un outil utile pour explorer et analyser différement les contenus d’un corpus numérique et insérer des parcours génétiques dans ceux-ci.

Autre élément indispensable pour l’élaboration d’un modèle éditorial numérique sur la plateforme EMAN, la prise en main d’un des signets de l’application Omeka : « Items-relation » permet en effet de relier les contenus entre eux. Ce signet permet de caractériser des relations entre les documents afin d’obtenir une visualisation cohérente et structurante de ceux-ci. L’établissement du type de relations est à prévoir en amont du projet. L’ « Items-Relation » se décompose en trois parties d’un prédicat : « sujet », « relation », « objet ». Il faut noter qu’une relation s’effectue ici d’un contenu à l’autre mais il peut y avoir plusieurs relations pour un même contenu qui peut êter « sujet » pour l’une et « objet » pour une autre.

C’est donc un travail de qualification intellectuelle important à effectuer. Celui-ci implique plusieurs contraintes à respecter pour obtenir une arborescence relativement lisible, comme par exemple l’emploi systématique de la voix active dans la formulation d’une relation pour qu’il y ai homogénéïté lors de la visualisation des relations.

Après avoir créer les notices de contenus, j’ai donc fait des tests de nommage des relations, dès lors que deux notices pouvaient être reliées. Le signet « Item-Relations » permet de faire le choix de plusieurs vocabulaires ou ontologies parmi lesquels il est tout à fait possible de caractériser les relations entre les documents : Dublin Core étendu, FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records), FOAF (Friends Of A Friend), BIBO (Bibliographic Ontology). En cas de besoin, Omeka permet de créer soi-même son propre vocabulaire.

Établir des recommandation en matière d’édition numérique

C’est donc un travail de structuration qu’il a fallu établir, à partir d’un corpus numérique disponible. De plus, le travail d’analyse et de définition est un préalable indispensable dans le cadre d’un projet d’humanité numérique, ce qui a donné lieu à la rédaction d’un guide de recommandations mis à la disposition de l’éditeur, du développeur informatique et des chercheurs.

Dans le cadre du déroulement du stage il a été important d’échanger avec l’éditeur et le développeur informatique nos représentations « mentales » des visualisations par graphes ou cartes, afin de travailler dans la même direction. Il a aussi été nécessaire dans les échanges que nous avons eu de décrire les documents que j’ai eu à traiter ou les visualisations auxquelles il fallait arriver. Ne travaillant pas dans les mêmes locaux, j’ai utilisé la version gratuite de Gliffy (www.gliffy.com). Cette application m’a permis de transmettre assez rapidement des « brouillons » de schémas de représentations graphiques auxquels je pensais au regard des documents que j’avais à disposition.

Dans le cadre d’entretiens Skype réguliers entre Vincent Buard, Richard Walter et moi-même, en concertation avec Emmanuelle Bousquet, nous avons décidé de décliner la visualisation des graphes en trois séquences : un graphe pour visualiser l’ensemble des contenus et des relations présentes sur le site, un autre graphe concernant la visualisation des contenus et des relations d’une seule collection et enfin, un graphe qui s’attache à visualiser les relations d’une seule notice, sans tenir compte des collections des notices reliées. Cette distinction vise à permettre une analyse toujours plus fine des parcours génétiques des œuvres. Pour l’obtention de graphes, V. Buard a utilisé la bibliothèque de visualisation en java script, Vis.js.

Enfin, pour permettre la navigation et l’appropriation de contenus sur le site des « Collections des sources génétiques de l’opéra », mon travail a consisté à faire des propositions des éléments à faire apparaître dans le parcours génétiques. Les choix des icônes dans les graphes, le placement et le choix d’une légende applicable à chaque graphe, sont toujours à tester et à prescrire pour un site en projet. Cet ensemble de recommandations devra ensuite servir à construire un prototype de modèle éditorial numérique pour les corpus d’archives d’opéras.



Citer ce billet
Richard Walter (2017, 27 août). Sources génétiques de l’opéra : Bilan de stage – juillet-août 2017. EMAN. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6l2