Séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : Les premiers dictionnaires : un aperçu historique

La première séance du séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : exemples de transfert culturel à travers les dictionnaires sur trois continents par Verónica TRUJILLO-GONZÁLEZ a été consacrée le 11 avril 2018 aux premiers dictionnaires, avec un parcours diachronique richement illustré de l’Antiquité au Moyen-Âge : nous sommes partis des protodictionnaires et des œuvres lexicographiques les plus remarquables de l’Antiquité classique pour aller jusqu’aux dictionnaires du Moyen Âge.

Dès l’invention de l’écriture, il y a eu le besoin de codifier le monde environnant. La notion de dictionnaire s’est construite en fonction de ce besoin. L’évolution se fera de l’ouvrage plurilingue vers le monolingue, même si les premiers protodictionnaires étaient monolingues.

Car, à  la fonction de consultation et de traduction, le dictionnaire a reçu peu à peu la fonction de référence. La discipline lexicographique se fondera surtout sur cette dernière fonction. La
notice du dictionnaire va se structurer très fortement, à travers de multiples formes, avec même au Moyen-Âge la présentation de la définition sous forme de vers pour faciliter la mémorisation ! Maintenant la forme « dictionnaire » est devenu un patron pour les données structurées.

Le parcours se poursuivra mercredi prochain vers des époques plus récentes. Et on a bien sûr évoqué Saint Isidore de Séville (VIe siècle), dont les Étymologies sont un exemple spectaculaire de l’organisation thématique du contenu d’un ouvrage très vaste. En poussant plus loin, d’aucun en ont vu la future structure des bases de données ; la volonté de Saint Isidore
d’être exhaustif en a fait le saint patron de l’internet et des informaticiens…

Prochaine séance : le 18 avril, 14h30, « Les ouvrages de Nebrija comme modèle lexicographique en Europe et en Amérique ».

Présentation du séminaire sur le site du labex TransferS : http://www.transfers.ens.fr/veronica-trujillo-gonzalez