Séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : Les ouvrages de Nebrija comme modèle lexicographique en Europe et en Amérique

La deuxième séance du séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : exemples de transfert culturel à travers les dictionnaires sur trois continents par Verónica TRUJILLO-GONZÁLEZ a été consacrée le 18 avril 2018 à l’œuvre de Elio A. de Nebrija et son influence comme modèle lexicographique en Europe et en Amérique.

On est passé des dictionnaires monolingues (Mésopotamie, Antiquité classique) vers les dictio nnaires plurilingues. La construction de l’objet dictionnaire s’est faite doucement, avant on parlait surtout de vocabulaire, de syllabaire, de répertoire, etc. Le modèle lexicographique a connu son point culminant avec Nebrija dont l’œuvre aservi de modèle dans la fabrication des dictionnaires et a marqué l’intersection de périodes.


Le besoin de dictionnaire

À partir du XIe siècle, on a vu apparaitre de grands répertoires q uimontraient la dérivation de mots : on opère des groupements de mot (lexeme) et on donne des explications à ceux-ci. Les traités médicaux sont encore en latin, il a besoin de traduction pour que les médecins comprennent…
À la fin du Moyen-Âge, on a eu besoin de traduire les ouvrages grecs mais aussi les latins, en particulier quand il fallut passer au castillan (XIIIe siècle). La formation de l’état moderne a favorisé aussi le besoin de développer des outils pour mieux apprendre le latin (pour être compris et comprendre à l’église).
Cette démocratisation du savoir débouche sur l’invention de l’imprimerie par Gutenberg qui a utilisé plus de 300 signes imprimés (plus de 300 caractères typographiques différents). Mais Gutenberg a réalisé son édition après les inventions des Chinois. Ceux-ci pratiquaient déjà le transfert d’un texte manuscrit sur papier ou sur bois (Xylographie). Au XIe siècle, ils ont surtout inventé des caractères métalliques mobiles permettant l’impression. Le premier papier imprimé (sur papier fin de mûrier) date de 1377 en Corée…

En 1492, parait la Gramatica de la lengua castellana, la même annéeoù Colombe découvre l’Amérique. Les transferts lexicogr aphiques furent très rapides entre Amérique et Europe après la découverte de Colomb.

L’oeuvre de Nebrija

Il apporte plusieurs innovations, surtout dans une approche pédagogique : indépendance vis à vis des ouvrages précédents ; prise en compte de l’âge des étudiants ; clarté dans l’exposition, définitions concises & équivalents précis ; organisation du contenu ; séparation entre le paradigme de la conjugaison et les déclarations latines ; il ne se sert pas de l’étymologie, bien qu’il en reconnaît son importance ; pas de référence à l’étymologie. Il servira de modèle pour les auteurs suivants.
En plus de l’élaboration de dictionnaire, il sera le premier à faire une grammaire de la langue vulgaire avec une terminologie grammaticale, une organisation alphabétique et des informations métalinguistiques. Son objectif est de donner une stabilité, voire une normalisation de la langue. Il intègre aussi l’étude de la langue parlée. En fait l’objectif est de fixer l’espagnol dans des standards durables et avec une approche synchronique & diachronique.

La situation aux Amériques

Les missionnaires sont habitués à l’étude et à la connaissance des langues anciennes mais l’Amérique est un terrain vierge. Il n’y avait pas d’outils d’apprentissage de langue face à la mosaïque linguistique de l’Amérique. L’objectif des premiers dictionnaires et grammaires est de faciliter l’apprentissage des langues par les missionnaires. Pour cela, il faut fixer les règles, donner un standard à une langue avec une approche synchronique.

Ce besoin de créer du matériel pour apprendre les langues s’accompagne de la mission d’évangéliser. En même temps on voulait éviter la dispersion des contenus théologiques ; l’église était bien obligé d’utiliser l’espagnol mais avec réticence. Le processus de description et d’élaboration de grammaires des langues amérindiennes se fait en parallèle de celui pour les langues romaines qui s’affranchissent du latin. Très vite, on verra dans les dictionnaires espagnols, l’introduction de mots amérindiens, ainsi le mot « canoé », dont la première attestation  de la part de Nebrija date de seulement 3 ans après la découverte de l’Amérique par Colomb.

Le premier dictionnaire avec une langue amérindienne, le Vocabulario trilingüe castellano, latino, Mexicano date de 1540. Il s’agit d’un anonyme – que traditionnellement a été attribué bien à Sahagún bien à Alonso de Molina. Alonso de Molina a grandi avec la culture mexicaine, avec le « nahuatl ». En 1555, en prenant l’œuvre de Nebrija comme modèle, Molina publie son Vocabulario en lengua castellana y mexicana, non seulement le premier dictionnaire d’une langue américaine – les précédents étaient des manuscrits du type vocabulaires -, mais aussi le premier du nahuatl. En fait, il est devenu une œuvre de référence pour ceux qui étudient le nahuatl classique. Molina est devenu le lexicographe de référence en Amérique et son œuvre a servit de modèle non seulement dans l’Amérique mais aussi en Asie.

La fabrication des dictionnaires

Faire des dictionnaires amérindiens va aussi façonner l’espagnol par l’enrichissement et l’effort de structuration de la langue.
Le premier ouvrage collectif est le Vocabulaire castellan y mixteca de 1593, 100 ans après la découverte de l’Amérique par Colomb. Ce type d’ouvrage est une préfiguration du travail collaboratif, c’est la force des groupes des missionnaires d’œuvrer collectivement (avant la création des académies de langue). Car le dictionnaire va devenir une œuvre collective portée par les académies de langue. Il y a eu une politique d’assimilation chez les français ou les anglais, mais ce fut différent avec l’espagnol.

La séance se termine par la présentation d’un site remarquable par l’étendu des corpus proposés : PARES, le portail des archives espagnoles.

Portal de ArchivosEspañoles(PARES), http://pares.mcu.es/

BibliotecaDigital Hispánica(BNE) : http://bdh-rd.bne.es/

Biblioteca Virtual de la filologíaespañola : https://www.bvfe.es/

Prochaine séance : le 25 avril, 14h30, « La lexicographie européenne aux Philippines et en Chine »

 

Présentation du séminaire sur le site du labex TransferS : http://www.transfers.ens.fr/veronica-trujillo-gonzalez