Séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : La lexicographie européenne aux Philippines et en Chine

La troisième séance du séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : exemples de transfert culturel à travers les dictionnaires sur trois continents par Verónica TRUJILLO-GONZÁLEZ a été consacrée le 25 avril 2018 à la lexicographie européenne aux Philippines et en Chine.

Dans les séances précédentes, nous avons vu comment la discipline lexicographique s’est construite, en particulier avec l’œuvre de Nebrija qui est le résultat d’une évolution et qui a été le premier à introduire une langue vulgaire dans un dictionnaire et à en faire une grammaire. Avec la découverte de l’Amérique, c’est la première fois qu’on élabore des outils de grammaire et d’apprentissage de langues non codifiées (les langues amérindiennes).
C’est une lexicographie nouvelle qui doit dénommer des réalités nouvelles (avec des sons jamais entendus et des objets nouveaux). Pour cela, le dictionnaire devient le plus souvent un travail de collaboration entre missionnaires et natifs américains. La situation sera quelque peu différente aux Philippines.

Lexicographie espagnole aux Philippines : contexte géographique et historique

Les traités de Tordesillas puis de Saragosse partagent le monde entre Espagnol (ouest du Cap Vert) et Portugais (est du Cap Vert). Les Espagnols doivent trouver un passage à l’ouest qui les mènes aux Îles des Épices, les Îles Moluques. La colonisation des Philippines résulte de cette recherche d’une route vers les Môluques à travers de l’Ouest. La route établit entre le Mexique (Nueva España) et les Philippines présentait, cependant, des difficultés importantes pour le retour, car à cause des vents, on avait du mal à traverser le Pacifique d’Ouest en Est. Grâce à Fray Andrés de Urdaneta qui a découvert un courant maritime on a pu voyager, par la première fois, de l’Ouest vers l’Est. C’est le début de la route maritime connue comme le « tornoviaje » (« voyage de retour ») qui relie aussi par la première fois, l’Amérique avec l’Asie et avec l’Europe. Le commerce entre Chine et Europe va donc passer pour les Espagnols par les Philippines et le Mexique.

Les Philippines, entre 1565 et 1821, sont gérées à partir de Mexique comme un territoire de la Nouvelle-Espagne Le Mexique devient donc le centre d’irradiation vers les Philippines, ce qui sera déterminant dans la formation comme lexicographes des missionnaires, car ils séjournent d’abord au Mexique – où ils apprennent comme codifier les langues dans des grammaires et dictionnaires – et après ils partent vers les Philippines.

Situation linguistique aux Philippines

Il y a plein de langues aux Philippines mais elles sont de la même famille (contrairement aux Amériques). Il faut alors réaliser des ouvrages sur les langues les plus répandues mais aussi sur les langues minoritaires. Il n’y a pas d’intérêt pour le système d’écriture trouvé aux Philippines, mais pour pouvoir communiquer et évangéliser le plus rapidement possible.
Pour les ouvrages lexicographiques, il faut trouver des équivalences car les Espagnols adoptent l’alphabet latin et doivent donc faire de la translittération. Le public de ces ouvrages était de toute façon les Européens et, pour les Philippines, il était très restreint car il y avait peu de colons et l’évangélisation se faisait, principalement, à l’orale.
À partir du modèle gréco-latin, il a fallu créer des nouvelles manières pour décrire les faits de langue, avec une approche communicative et pragmatique des différentes langues. La première grammaire conservée est publiée en 1610 ; elle donne une grande importance à la prononciation et à l’organisation des mots dans le discours ; l’approche est effectivement très centrée sur la communication.
Le dictionnaire de 1613 propose une partie espagnole plus large (618 entrées) que pour la langue indigène (89 entrées), mais le phénomène va s’inverser ! Les dictionnaires contiendront, en règle générale, une partie indigène plus importante que les entrées espagnoles – contrairement à ce qui se passait en Amérique.

Il existe des ouvrages de référence qui vont être déclinés dans plusieurs œuvres, cela est facilité par l’unité typologique des langues traitées (ce qui est encore une fois différent de la situation aux Amériques). Par contre des ouvrages ont été perdus ou réutilisés (on n’en a donc pas la forme originale)

La communauté chinoise des Philippines

La communauté « Sanglays » rassemble les commerçants chinois aux Philippines. Il fallait trouver un moyen de communiquer avec eux ; ils parlaient le dialecte ming. Il ne faut pas oublier que les Chinois ne se comprennent pas à l’oral, l’union linguistique entre eux est la langue écrite. Qui plus est, c’est une lexicographie compliquée avec de fortes traditions orales et écrites mais aussi une longue histoire dans la rédaction de dictionnaires et d’encyclopédies.
Pour faire les outils lexicographiques, on est obligé de prendre en compte les variétés locales du chinois ; les dominicains aux Philippines vont ainsi travailler sur le dialecte ming. Il y aura de nombreux ouvrages sur les dictons, des manuels de catéchisme en chinois ou de manuels d’apprentissage du chinois. Martin de Rada rédige le premier ouvrage européen de la langue chinoise :  Arte y vocabulario de la lengua china (dialecto de Funchien), 1572 – 1576 ; ensuite, vers 1590 Fray Juan Cobo élabore un vocabulaire chinois, puis Francisco Varo édite en 1682 la première grammaire du chinois, imprimée en Asie, Arte de la lengua mandarina.

Présentation de site pour finir avec la PARES (les archives espagnoles ont beaucoup numérisé les archives des Indes et des Philippines) et la Biblioteca virutal de la filogia espanola.

Portal de ArchivosEspañoles(PARES) : http://pares.mcu.es/

BibliotecaDigital Hispánica(BNE) : http://bdh-rd.bne.es/

Biblioteca Virtual de la filologíaespañola : https://www.bvfe.es/

Prochaine séance : le 27 avril, 14h30, « Pour une approche génétique et numérique des ouvrages lexicographiques de Paul Perny »

Présentation du séminaire sur le site du labex TransferS : http://www.transfers.ens.fr/veronica-trujillo-gonzalez