Séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : Pour une approche génétique et numérique des ouvrages lexicographiques de Paul Perny

La quatrième séance du séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : exemples de transfert culturel à travers les dictionnaires sur trois continents par Verónica TRUJILLO-GONZÁLEZ a été consacrée le 27 avril 2018 à Paul Perny et une approche génétique et numérique de ses ouvrages lexicographiques.

La dernière séance du séminaire a commencée par un rappel de sa thématique, les transferts à culturels à travers les continents, à travers le développement de la lexicographie moderne entre Amérique, Asie et Europe. L’étude des dictionnaires montre la circulation des savoirs. La précédente séance a montré qu’il faut reconstituer cette circulation mais, par exemple, on a perdu beaucoup de manuscrits aux Philippines, vu le climat et le contexte politique ; par contre il faut dépouiller encore de nombreuses archives.

Contexte

Cette séance est consacrée à l’œuvre de Paul Perny qui marque, pour la sinologie, la fin de l’époque du contrôle par les missionnaires catholiques en Chine et le début d’une diffusion plus large de cette science. Le chinois est une langue qui a une tradition de dictionnaire, il faut se confronter à cette tradition pour l’apprentissage du chinois comme langue étrangère. Les Jésuites se sont beaucoup occupés de la langue mandarine alors que les Espagnols se sont confrontés à la langue du sud de la Chine. Entre 1554 et 1588, Ricci élabore avec Michele Ruggieri le premier dictionnaire européen avec le chinois. Au départ, il a fallu créer un système de romanisation des caractères chinois.

Le 19e siècle est un moment fondamental pour l’histoire de la sinologie. On voit apparaitre des structures propres pour l’apprentissage du chinois. Ainsi, en 1814 se crée la première chaire au Collège de France sur les études des langues chinoises, occupée par Abel Rémusat ; c’est l’apparition de la sinologie académique.

Sur le terrain, la sinologie catholique perd le pouvoir au profit des missions protestantes anglo-saxonnes. En parallèle, il y a une augmentation de la sinologie laïque.

Paul Perny

Perny a réalisé tout un ensemble pédagogique sur l’apprentissage du chinois, il a ainsi édité la seule grammaire existante du côté des missionnaires catholiques pour la deuxième moitié du 19e siècle. Il s’agit d’un auteur prolifique, passionné de la langue chinoise qui a une longue expérience de terrain. Il publie son Vocabularium en 1861, c’est un dictionnaire des équivalences. Sa grammaire de la langue chinoise utilise des concepts propres de la grammaire chinoise comme les particules, ainsi que son autre dictionnaire.

Son Dictionnaire français-latin-chinois (1869) considère le français en tant que « lingua franca » ; l’usage du latin élargi le public auquel il s’adresse (non seulement des francophones), mais surtout se justifie pour la prise en compte d’un très grand nombre de termes issus des Sciences naturelles. Quant au chinois, il se limite à la langue mandarine parlée par les hauts fonctionnaires chinois. Le dictionnaire a environs 11.200 entrées unidirectionnelles donc le public « cible » est plutôt français et occidental. À travers des explications et des exemples, il explique le fonctionnement des termes. Enfin la langue orale est présente, ce qui est original et moderne pour l’époque. Il a une approche pragmatique & communicative de la langue chinoise : ses outils sont très pratiques pour la communication.

Dans ses remerciements, il n’oublie pas ses prédécesseurs, même les lexicographes protestants (Joseph Edkins). Par contre, il a des relations de controverses avec l’Académie et le Collège de France. Lui qui a passé du temps sur le terrain est refusé, en quelque sorte, par une partie du monde académique ! Cela a motivé l’écriture d’un pamphlet contre certains professeurs du Collège de France, sous le pseudonyme de Léon Bertin Mais il a continué à travailler sur le chinois toute sa vie.

Projet Epistolaire Perny

Le projet Epistolaire Perny veut tracer la genèse de son travail lexicographique. Il s’agit de prendre en compte le contexte de création et les difficultés rencontrées lors du processus de création de ses outils linguistiques.

Cela permettra d’aborder des aspects très techniques de la création de ce type de dictionnaire comme l’achat des fontes pour les caractères chinois. Sur ce sujet : le contexte est particulier, car l’impression des ouvrages chinoise en France exigeait non seulement des fontes de caractères chinoises, mais aussi la supervision très précise des travaux d’impression, compte tenu du manque de connaissance des typographes de l’époque sur les chinois.

Il s’agit aussi d’aider à la conservation et à la diffusion de ce corpus à partir des archives privées conservées aux Missions de Paris. Nous avons accès au registre de celles-ci, mais il faut comparer la description des registres avec la description réelle des documents trouvés et numérisés.

Présentation du séminaire sur le site du labex TransferS : http://www.transfers.ens.fr/veronica-trujillo-gonzalez

Présentation du projet E-Perny : https://eman.hypotheses.org/655



Citer ce billet
Richard Walter (2018, 16 mai). Séminaire D’Elio A. de Nebrija à Paul Perny : Pour une approche génétique et numérique des ouvrages lexicographiques de Paul Perny. EMAN. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6mg