Thresors de la Renaissance

Le projet Thresors de la Renaissance vise à rassembler l’ensemble des ouvrages publiés en langue vernaculaire à la Renaissance qui portent en leur titre le terme de « Trésor ». On y compte presque une centaine d’œuvres et environ 400 éditions différentes identifiées à ce jour.

Au-delà de leur parenté titulaire, qui rend compte d’une intention éditoriale et publicitaire évidente, ces ouvrages se caractérisent par la diversité des domaines concernés, de même que des types de composition mis en œuvre. Il peut s’agir d’une somme encyclopédique rassemblant un ensemble de connaissances (Trésor des fleurs et secrets de médecine, Trésor des histoires de France), de traités de vie morale ou de dévotion (Trésor de vertu, Trésor de sapience et fleur de toute bonté, Trésor des prières, oraisons et instructions chrétiennes pour invoquer Dieu en tout temps). On rencontre également sous ce titre des compendia d’auctoritates (Trésor des vies de Plutarque), des recueils de lieux communs (Trésor de sentences dorées, dits, proverbes et dictons communs), des modèles d’écriture (Finances et trésor de la plume française, Trésor d’écriture) ou encore des anthologies de textes littéraires, narratifs, poétiques ou rhétoriques (Trésor d’amour, Trésor des récréations, Trésor des Amadis). La filiation avec les Thesauri se manifeste également dans certains ouvrages qui adoptent la forme d’un dictionnaire ou d’une bibliographie (Trésor des mots et traits français, Trésor des bons esprits français).

En inventoriant toutes les éditions de ces ouvrages parus entre 1470 et 1630, le projet s’attache à rendre visible ce genre éditorial qu’est le « Thresor ». L’accès à l’intégralité des éditions numérisées, à la transcription des péritextes, qui témoignent des stratégies rhétoriques, épistémologiques et commerciales mises en œuvre dans la fabrication de ces produits éditoriaux, la possibilité d’interroger ce corpus par domaine, type de compilation, imprimeur ou date mettront au jour l’importance de ce marché éditorial dans la construction d’une identité culturelle française.

(responsable du projet : Anne Reach-Ngo)