Séminaire technique « Gestion des risques » : « Un corpus particulier : les archives d’unaveugle, Augustin Thierry »

Cher(e)s collègues

Emmanuelle Bousquet, Mathilde Labbé et Richard Walter vous invitent à la deuxième séance du séminaire technique consacré en 2018-2019 à la « Gestion des risques en humanités numériques » :

Aude Deruelle (Université d’Orléans), « Un corpus particulier : les archives d’un
aveugle, Augustin Thierry. Enjeux du programme ArchAT ».

Le séminaire se déroulera jeudi 14 mars 2019, de 15h30 à 17h30

Consulter la présentation et le programme du séminaire.

Présentation de la séance :

Augustin Thierry (1795-1856) est un historien romantique célèbre pour avoir contribué à une nouvelle histoire après la Révolution, dans ses Lettres pour l’Histoire de France (1820) sont un véritable manifeste qui revendique la nécessité d’une histoire du peuple. Mais après sa Conquête de l’Angleterre par les Normands (1825), qui connaît un franc succès, Thierry devient aveugle. S’il ne rédige pas son projet d’histoire de France, il n’en continue pas moins à publier (Dix ans d’études historiques en 1835, Récits des temps mérovingiens en 1840).

En raison de sa cécité, l’« Homère de l’histoire » (Chateaubriand) travaille avec des secrétaires, officieux et officiels (sa femme en fait partie), qui écrivent dans des cahiers tout ce que l’historien dicte : notes de lecture, brouillons de lettres, ébauches d’œuvres, idées, mais aussi mémentos pratiques de la vie quotidienne, ordonnances médicales, etc. Une quarantaine de ces cahiers, ainsi que diverses correspondances, font partie des archives d’Augustin Thierry, conservées à Blois, ville natale de l’historien.

Au croisement des disabilities studies et des humanités numériques, le programme ArchAT a pour but de numériser et de transcrire les archives blésoises d’Augustin Thierry, et en priorité ces « cahiers de la chambre », afin de reconstituer la méthode de travail d’Augustin Thierry.

Les risques du projet tiennent aux objets mêmes, ces cahiers fort hétérogènes, qui n’entrent pas dans une catégorie établie, ainsi qu’à la pratique de la dictée et de l’écoute liée à la cécité de l’auteur : comment transcrire les notes des secrétaires, qui ne sont pas tous érudits, loin s’en faut ? comment identifier ces différentes mains ? Mais le projet ne vise pas à s’arrêter à la transcription. Il restera enfin à croiser les brouillons de lettres avec la correspondance conservée à Blois, à faire des liens entre brouillons d’œuvres et les œuvres elles-mêmes.

En visioconférence à l’ITEM (59/61, rue Pouchet 75017 Paris, salle 255, http://www.pouchet.cnrs.fr/plan.htm) et à la Maison des sciences de l’homme Ange Guépin de Nantes (5 allée Jacques Berque, 44021 Nantes cedex 1, salle du conseil, http://www.msh.univ-nantes.fr).

Pour faciliter l’organisation du séminaire technique, merci de confirmer votre présence soit à Nantes soit à Paris par mail : edition_numerique@item-cnrs.fr