Joyeuses inventions : Bilan de stage – mars – juin 2018

par Camille Desiles

J’ai effectué un stage portant sur la construction de l’édition critique numérique du Thresor des Joyeuses Inventions (1554-1599) sur la plate-forme EMAN. Les deux missions principales concernaient l’encodage TEI avec la mise en place d’un protocole d’encodage TEI et l’animation d’un stage portant sur ce thème et le suivi de l’activité d’une plate-forme regroupant différents projets d’édition numérique. J’ai réalisé ce stage du 26 mars au 26 juin 2008 sous la tutelle d’Anne Réach-Ngô et avec l’aide de Richard Walter, respectivement responsable du projet du Thresor des Joyeuses Inventions (1554-1599) et responsable de la plate-forme numérique.

Le projet animé par Anne Réach-Ngô porte sur l’établissement d’une édition numérique critique d’un type d’ouvrage particulier : les Thresors de la Renaissance, en particulier ceux qui concernent les Joyeuses Inventions. Ce projet est l’exploration du régime textuel des recueils collectifs de la première modernité et plus largement du mode de reconfiguration et de diffusion des textes de cette période. Il est pensé comme un prototype de publication numérique de recueil collectif à variable complexe. L’équipe de l’édition des Joyeuses Inventions est composée de 12 chercheurs et doctorants venant d’institutions diverses, dont le rôle et l’implication peuvent varier selon leur disponibilité. J’ai pu échanger et travailler avec plusieurs d’entre eux au cours de mon stage. Au sein de cette équipe inhabituelle pour un projet de recherche, j’ai pu découvrir le travail d’un chercheur au sein d’un projet d’humanités numériques.

En plus de ma participation au travail de recherche au sein des Joyeuses Inventions, j’ai pu également travailler avec Richard Walter sur la plate-forme EMAN qui gère plus de 20 projets différents. Avec autant de projets, la plate-forme compte de nombreux utilisateurs avec des connaissances différentes pour l’utilisation de la plate-forme. Grâce à cela, j’ai pu participer et suivre plusieurs formations au sein du laboratoire ITEM qui héberge la plate-forme. En particulier, j’ai pu assisté à une formation sur l’utilisation particulière que fait EMAN du logiciel Omeka et qui nécessite une formation spécifique. Grâce à celle-ci, j’ai pu mieux cerner certains des enjeux de la plate-forme. Cela m’a permis d’avoir une meilleure représentation des usages que pouvaient envisager les chercheurs utilisateurs d’EMAN. J’ai pu ainsi appréhender les besoins et les difficultés que pouvaient rencontrer des chercheurs sur d’autres projets que celui des Joyeuses Inventions.

Pendant mon stage, Richard Walter a mis en place des ateliers pour les chercheurs utilisant la plate-forme EMAN. J’ai trouvé très gratifiant le contact avec ceux-ci et le fait de pouvoir les aider dans les difficultés rencontrées. Ces dernières pouvaient être très différentes d’un chercheur à un autre, certains étant plus à l’aise que d’autres avec eman. Lors d’un atelier, qui durait une journée entière, les utilisateurs pouvaient se concentrer sur la saisie de données et échanger sur les problèmes ou les difficultés qu’ils avaient pu rencontrer, avec Richard Walter et les autres participants de l’atelier. J’ai assisté à tous ces ateliers, le jour était fixé à l’avance et les chercheurs pouvaient venir selon leurs possibilités. Ce fonctionnement ouvert était propice à un travail de qualité et à l’avancement des travaux. J’ai pu voir de nombreux autres aspects du travail de gestion d’une plate-forme numérique mais j’ai trouvé les échanges des ateliers particulièrement stimulants. Les documents produits lors de ces ateliers peuvent également servir à tous les utilisateurs pour remédier aux difficultés qu’ils pourraient rencontrer plus tard. Les comptes-rendus des ateliers sont donc très importants et font partie des documents d’aide mis en place par Richard Walter. Une partie de mon travail consistait à transcrire ces comptes-rendus, mais également à rédiger ou mettre à jour d’autres document d’aide à la saisie, ces documents poursuivant le même but : celui d’accompagner les chercheurs au jour le jour dans leur travail d’édition.

La plate-forme EMAN évolue de manière régulière avec la création et l’installation de nouveaux plugins ou de nouvelles fonctionnalités, c’est pourquoi une des missions principales de mon stage a été de faire une mise à jour du guide de saisie, document très important pour les utilisateurs présents et futurs d’EMAN. Richard Walter m’a alors conseillé de consulter les billets publiés sur l’espace collaboratif de la plate-forme (logiciel Agora) depuis la dernière mise à jour de ce guide. J’ai d’abord effectué une lecture de tous ces billets puis je les ai listés et triés en fonction de leur pertinence pour un ajout dans la nouvelle édition du guide de saisie. Après plusieurs échanges avec Richard Walter sur les billets à ajouter ou non, il a fallu que j’intègre ceux sélectionnés dans le guide de saisie qui est un document long et très structuré. Cette étape a été assez difficile car je devais respecter le style des précédents auteurs du guide mais également insérer les nouvelles fonctionnalités de façon cohérente dans l’organisation du guide. Le travail devait être très soigné et a il a été très chronophage. Quand j’ai estimé cette mise à jour satisfaisante j’ai présenté mon travail à Richard Walter ; après validation il a été publié dans les tableaux de bord des différents projets de la plate-forme.

Durant mon stage, j’ai également eu l’occasion de produire de nouveaux documents sur des fonctionnalités récentes. Ainsi l’export des données au format CSV a été une nouvelle fonction de la plate-forme EMAN disponible dans sa forme complète au début de mon stage ; il m’a été possible d’utiliser cette nouvelle fonctionnalité et j’ai retracé la procédure d’export du fichier au format CSV dans un tutoriel. Ce document permet à tous les chercheurs de l’équipe de faire les réglages nécessaires pour exporter les données saisies dans EMAN (au format Calc ou Excel).

Le second guide que je devais rédiger concerne un logiciel de renommage en masse de fichiers. Il est possible de mettre sur la plate-forme EMAN des fichiers images accompagnant les notices. L’équipe des Joyeuses Inventions comptant près d’une dizaine de membres en plus de prestataires indépendants pour réaliser les numérisations, le nom et la numérotation des fichiers étaient très hétérogènes. Après quelques recherches, j’ai choisi de présenter le logiciel Antrenammer. Je l’ai sélectionné car je l’ai trouvé simple d’utilisation et il était facile d’installation sur les ordinateurs ; un simple double clic sur son icône le rendant opérationnel.

La mission centrale de mon stage était d’accompagner l’équipe des Joyeuses Inventions lors de sa formation au langage XML-TEI. À l’origine, cette formation à la TEI devait être sur trois jours avec l’intervention d’experts. Cependant, des raisons pratiques (des grèves de la SNCF) mais aussi des raisons techniques ont modifié le programme de la formation. Il faut aussi préciser que pratiquement tous les membres de l’équipe des Joyeuses Inventions avaient suivi au moins une journée d’introduction à la TEI, et avaient donc une première connaissance du langage. Durant ces trois jours, les matinées ont été dédiées à une présentation du langage XML-TEI par Richard Walter puis les après-midi l’équipe des Joyeuses Inventions discutait sur l’utilisation de ce langage TEI dans leur projet. Lors des deux premiers après-midi, je suis restée en situation d’observatrice. Beaucoup de questions étaient centrées sur les choix éditoriaux et sur le texte qu’il conviendrait d’annoter. Cependant si une question sur la TEI retenait l’attention, j’essayais d’y répondre avec le plus de précision possible. Le dernier jour fut quelque peu différent.

La dernière matinée de la formation a servi à présenter le nouveau plugin (Transcript 2 pour encoder du texte en TEI) développé par Richard Walter et un développer web indépendant. L’équipe des Joyeuses Inventions pourrait ainsi encoder et annoter en TEI leur corpus déjà transcrit, sans avoir à apprendre toutes les règles de ce langage. Après cette présentation, l’après-midi a commencé par un tour de table de l’équipe pour savoir s’ils pensaient que l’utilisation de la TEI dans leur projet était pertinente et réalisable et, si oui, s’ils pensaient pouvoir participer à l’encodage TEI en utilisant l’outil Transcript 2. Tous les membres étaient très enthousiastes à l’idée d’utiliser le langage XML-TEI dans le projet des Joyeuses Inventions et une grande partie de l’équipe semblait également soulagée à l’idée de pouvoir utiliser l’interface Transcript à cette fin.

L’interface du plugin me semblait simple d’utilisation pour des personnes n’ayant jamais encodé mais avec ma formation en XML-TEI, je me voyais plutôt procéder à l’encodage sur un éditeur XML comme Oxygen. N’ayant qu’une connaissance superficielle du corpus ainsi que de l’édition critique en tant que telle, ma participation à la discussion a été pour autant très appréciée car elle reflétait un avis extérieur et plus technique que celui des membres des Joyeuses Inventions. Malgré les changements que la formation de TEI a subis dans sa forme et dans son fond, je pense que celle-ci n’en demeure pas moins très positive et a permis de poser des bonnes bases pour l’établissement de l’édition numérique critique du Thresor des Joyeuses Inventions.

Durant cette expérience, j’ai été confrontée aux enjeux caractéristiques de la recherche au sein des Humanités Numériques. Anne Réach-Ngô m’a fait participer à la recherche de terrain mais aussi à toutes les étapes de travail par lesquelles passent un projet qui s’inscrit dans le numérique. La consultation de catalogues et d’ouvrages, la mise en ligne de données et de notices bibliographiques m’ont permis d’avoir une véritable connaissance des problématiques rencontrées au sein d’un projet tel que celui des Joyeuses Inventions. En parallèle, j’ai également eu accès à la plate-forme EMAN qui regroupe de nombreux projets. Richard Walter m’a montré le fonctionnement d’une base de données mais aussi comment réussir à gérer des projets nombreux et différents, en particulier en mettant en place des outils visant à donner aux chercheurs un maximum d’autonomie dans la saisie et la personnalisation de leur site internet.

Depuis j’appréhende mieux la façon de mener un projet et de gérer une équipe importante et pluridisciplinaire mais également la gestion d’une plate-forme numérique. En fonction de cette expérience, j’ai pu faire le constat qu’il faudrait me former plus avant en informatique, en particulier sur les langages PHP et MySQL. Cette expérience enrichissante m’a permis de découvrir le milieu professionnel dans lequel j’aimerais évoluer.



Citer ce billet
Richard Walter (2018, 4 octobre). Joyeuses inventions : Bilan de stage – mars – juin 2018. EMAN. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6mz