Bilan de stage – juin-août 2016

 

J’ai effectué un stage au sein de l’Institut des textes et manuscrits modernes du 13 juin au 31 août 2016. Cette expérience professionnelle m’a permis de mettre en application les connaissances apprises lors de ma formation professionnelle  « Patrimoine écrit et édition numérique » du Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours : gérer des projets dans le domaine des humanités numériques, savoir se situer à l’interface entre les ingénieurs, les éditeurs, les documentalistes et les chercheurs et, surtout, savoir traduire les besoins de ces derniers de telle sorte qu’ils soient compris des ingénieurs qui, eux, mettront en place les solutions techniques adéquates (aussi bien en documentation qu’en informatique). Sous la direction de Richard Walter, j’ai donc participé aux différents projets hébergés sur la plateforme e-Man. Les missions que nous avions déterminées ensemble au début de mon stage étaient plurielles et ont, de surcroît, évolué tout au long de mon stage en fonction des besoins les plus urgents.

Mise à jour du guide de saisie

L’une des premières missions qui m’ont été confiées était la mise à jour du guide de saisie dans e-Man. Plusieurs versions avaient déjà été rédigées mais, en raison de l’avancement des développements informatiques et des nouveaux projets arrivés sur la plateforme, il fallait adapter et expliquer un certain nombre de nouveautés. Mettre à jour le guide de saisie m’a permis de tester la plateforme du point de vue des rédacteurs de notices et de pouvoir, autant que possible, leur offrir un document dans lequel toutes les informations nécessaires à la saisie sont présentes. Il m’a semblé également important de réorganiser le guide de façon à ce que la personne qui s’apprête à saisir la notice d’une collection, d’un contenu ou d’un fichier puisse s’y retrouver facilement, et n’ait pas besoin de lire le guide en entier s’il voulait juste, par exemple, saisie la notice d’une collection. Il s’agissait de reconstituer les différentes étapes de la saisie d’un document.

Réalisation d’un guide de recommandations à l’usage des porteurs de projets sur e-Man

L’autre document que je devais rédiger lors de mon stage était un guide de recommandations à l’usage des chercheurs ayant un projet à publier sur la plateforme e-Man. Il s’agissait de leur expliquer les bonnes pratiques quant à la conduite d’un projet numérique. Pour réaliser ce guide, j’ai rencontré les porteurs des différents projets e-Man, ce qui m’a permis d’appréhender les questions qu’ils s’étaient posées et les difficultés qu’ils avaient rencontrées (qui auraient parfois pu être évitées avec plus de connaissances de ces bonnes pratiques). Par exemple, commencer directement saisie des notices sans réfléchir en amont à un modèle de saisie spécifique au projet entraînera nécessairement une perte de temps si, en cours de route, on décide de modifier son schéma de métadonnées ; il faudra alors ressaisir les notices.

Il paraissait donc important de réaliser ce guide permettant d’orienter le responsable du projet dans sa réflexion autour de la structuration de son corpus et de ses métadonnées sur Omeka, et de la gestion du temps de travail en fonction des différentes tâches à réaliser sur Omeka (saisie de notices, création de collections, nommage des fichiers, etc.).

Ce guide est encore à l’état d’ébauche et paraîtra ultérieurement.

Mise en place d’un outil de transcription sur la plateforme

La troisième mission qui m’avait été assignée au début de mon stage consistait à réfléchir à une manière de transcrire directement sur la plateforme et de faciliter l’encodage (en XML-TEI) de ces transcriptions.

Jusqu’à présent, lorsqu’on souhaitait insérer des transcriptions des fichiers numérisés on devait les insérer dans le champ Dublin Core « description » des métadonnées du fichier en question. Cependant, cette solution temporaire n’est pas optimale puisqu’elle ne permet pas de visualiser correctement le fichier lors de la transcription (ce qui suppose de transcrire en dehors de la plateforme et d’insérer la transcription ensuite). De plus, le champ « description », comme son nom l’indique, devrait recevoir une description du fichier et non sa transcription.

Il s’agissait donc, d’une part, de trouver une manière de transcrire directement sur la plateforme avec la possibilité de visualiser le fichier en vis-à-vis du champ de transcription et de pouvoir zoomer sur l’image. D’autre part, il fallait donner la possibilité aux transcripteurs d’encoder, de manière transparente, cette transcription afin de faire apparaître les caractéristiques formelles (par exemple, un passage barré par l’auteur) mais également les caractéristiques structurelles du texte (par exemple, signifier qu’il s’agit d’un titre ou d’un paragraphe).

Il a donc été nécessaire, dans un premier temps, de réaliser une veille sur les différents outils utilisés par des projets de transcription collaborative, et, dans un second temps, de discuter de la mise en place technique de ces outils sur Omeka. Dans cette optique, j’ai rencontré Fabrice Melka, ingénieur d’études à l’IMAF (Institut des mondes africains), qui a mis en place un projet de transcription collaborative, la plateforme « Transcrire », grâce un plugin Omeka appelé Scripto. Scripto a l’avantage de proposer une visualisation adaptée du fichier numérisé et du champ de transcription mais ne permet pas d’encoder les textes en XML-TEI.

En plus de Scripto, les outils dont nous avons examiné les avantages et les inconvénients étaient les suivants : MediaWiki (l’outil à l’origine du « Bentham Project »), et la barre d’édition TinyMCE. Cette barre d’édition, présente par défaut dans Omeka permet déjà, en partie, de mettre en page un texte mais en l’encodant en HTML, le langage web lu des navigateurs.  Cet outil a l’avantage de pouvoir être complété par de nouveaux boutons et d’être adapté de manière à encoder du XML-TEI, l’inconvénient étant de devoir créer un à un les boutons dont nous avons besoin pour le projet, ce qui est chronophage pour le prestataire informatique, donc coûteux. Il faudrait ensuite pouvoir visualiser la transcription en XML-TEI – langage qui n’est pas lu par les navigateurs web – grâce à une solution appelée TEI Boilerplate. C’est vers cette solution que nous nous sommes orientée, après avoir pesé le pour et le contre de chacune de ces options avec notre prestataire informatique, Vincent Buard.

Une fois l’outil choisi, il fallait décider des balises nécessaires à la transcription et à l’encodage en TEI. Il a donc fallu faire un choix pour ne pas surcharger la barre d’édition TinyMCE.  Grâce au manuel de transcription rédigé par Cécile Brémon l’année précédente, j’ai sélectionné les balises qui me semblaient essentielles pour encoder une transcription. Pour chacune de ces balises, un bouton dans la barre d’édition sera créé ou adapté pour encoder de la TEI de manière transparente. Ce travail de développement est actuellement en cours

Au fur et à mesure de mon stage, se sont rajoutées à ces missions des tâches relevant plus d’une aide technique au développement informatique, à la mise en place des nouveaux sites hébergés sur e-Man, et à l’intégration et à la gestion des collections sur ces sites. Par exemple, dans le cadre d’une amélioration du plugin « Item Relations », j’ai aidé à franciser les relations issues des standards du web sémantique (FRBR, BIBO, FOAF, Dublin Core étendu).

Mise en place des nouveaux sites Omeka

Lors de mon stage, trois nouveaux sites ont été installés sur la plateforme e-Man : les notes de cours de l’ENS, le fond Thierry Smolderen et le fonds Philippe Guillou. Pour chacun de ces sites, il a fallu installer les plugins nécessaires et le thème e-Man, créer des « simple page » communes aux différents projets (mentions légales, soutiens du projet, etc.).

Campagne de numérisation

J’ai également eu l’opportunité de me rentre à la MSHS de Poitiers pour une campagne de numérisation en août. J’avais pour mission de numériser trois corpus différents : quatorze numéros des Lettres françaises (pour le site « Aragon et les Lettres françaises »), la correspondance de Sony Labou Tansi (pour le site « Espace Afrique-Caraïbes ») et un manuscrit de Mamani (également pour le site « Espace Afrique-Caraïbes »). Cette expérience a été très formatrice et m’a permis d’appréhender les différentes problématiques auxquelles on peut être confrontées face à un corpus à numériser (compte-rendu disponible).

Intégration et gestion des collections

Après cette campagne de numérisation, il a fallu rapidement intégrer les fichiers des numérisations sur la plateforme. De plus, de nombreux fichiers nous avaient aussi été remis, notamment les numérisations des notes de cours de l’ENS ou celles concernant le fonds Le Guillou.

Le projet des notes de cours de l’ENS m’a permis de tester l’import CSV sur Omeka. Ce plugin permet d’insérer sur Omeka une grande quantité de notices à partir d’un fichier CSV (un format représentant des données tabulaires sous la forme de valeurs séparées par des virgules). Pour réaliser ce fichier, il faut créer un tableau Excel dont une ligne correspond à un document à décrire et quinze colonnes correspondant aux quinze champs Dublin Core (titre, sujet, description, créateur, source, éditeur, date, contributeur, droits, relation, format, langue, type, identifiant, couverture).

Le corpus qui nous avait été donné sur les notes de cours de l’ENS était composé des numérisations de douze documents manuscrits, chacun accompagné d’un fichier EAD le décrivant (EAD est un langage XML permettant de structurer les descriptions de manuscrits ou de documents d’archives). D’après ces fichiers, j’ai réalisé un tableau de correspondance entre les champs EAD et les champs Dublin Core qui devront être remplis sur Omeka, puis j’ai ensuite réalisé un tableau avec les quinze colonnes Dublin Core et rempli avec les données issues de l’encodage EAD les lignes correspondant aux douze documents pour lesquels il fallait créer une notice. Enfin, grâce à la nouvelle procédure en ligne de commande pour pouvoir intégrer en masse des fichiers à une notice existante, les 4865 fichiers du corpus ont pu être publiés.

Grâce à cette procédure d’import, j’ai pu rapidement intégrer les fichiers des numérisations sur le site « Espace Afrique-Caraïbes » et sur le site « Aragon et les Lettres françaises ». Pour ce dernier, j’ai auparavant créé des notices pour chaque numéro, et des collections par année. De la même manière, deux notices ont été créées sur le nouveau site « Fonds Le Guillou » et les fichiers que nous avaient donnés Luc Vigier, responsable du projet, ont été insérés.

Conclusion 

Cette expérience m’a permis d’approfondir ma connaissance d’Omeka, un logiciel de gestion de bibliothèque numérique et de valorisation patrimoniale souvent utilisé dans les sciences humaines. Travailler sur la plate-forme e-Man m’a également permis de me rendre compte ce que cela impliquait de devoir gérer plusieurs projets en parallèle, de comprendre les besoins des chercheurs en sciences humaines (et plus particulièrement de la critique génétique) et de les traduire auprès d’un prestataire informatique qui, lui mettra en œuvre une solution technique adaptée.


Une réflexion au sujet de « Bilan de stage – juin-août 2016 »

  1. Ping : Une expérience de stage PEEN : e-Man, plateforme d’édition électronique (et génétique) de manuscrits modernes – Renaissance & patrimoines

Les commentaires sont fermés.