Génétique éditoriale de la première modernité – « Publier en ligne les variantes éditoriales des textes de la première modernité : enjeux, méthodes et outils »

Marque typographique de Josse Bade (détail), Scripta oxoniensia in quatuor Sententiarum libros. Paris, Josse Bade, 1519.

Marque typographique de Josse Bade (détail), Scripta oxoniensia in quatuor Sententiarum libros. Paris, Josse Bade, 1519.

Nous avons le plaisir de vous annoncer un nouveau séminaire. Sa thématique peut intéresser toutes celles et tous ceux qui sont sensibles aux problématiques d’édition numérique de corpus complexes.

Il est organisé à l’ITEM par Anne Réach-Ngô (Université de Haute-Alsace, IUF) et Richard Walter (ITEM) :
Génétique éditoriale de la première modernité
« Publier en ligne les variantes éditoriales des textes de la première modernité : enjeux, méthodes et outils »Il aura lieu à partir du 15 novembre dans les locaux l’ITEM, 59/61 rue Pouchet, (salle 255), un mardi par mois de 15h à 17h.

Programme 2016-2017

Il est fréquent que la circulation des textes sous forme manuscrite et imprimée – avant, pendant et après leurs divers processus de publication – entraîne, notamment aux XVIe et XVIIe siècles, des réécritures, augmentations et reconfigurations de l’œuvre littéraire. Appréhender les spécificités de la genèse de ces œuvres produites avant l’ère du livre industriel présuppose dès lors de penser conjointement, et dans un processus non nécessairement linéaire, l’étape de la mise en texte et celle de la mise en livre.

Si l’hypothèse d’une génétique textuelle sans brouillons d’auteur (A. Grésillon, B. Beugnot, M. Jeanneret, P. Dandrey), de même que celle d’une génétique éditoriale (J.-M. Adam, R. Mahrer, V. Nicollier-Saraillon), ont déjà nourri l’étude des textes modernes, l’analyse du statut de la « variante éditoriale », et de ce qu’on pourrait appeler un « brouillon d’éditeur » (A. Réach-Ngô), mérite d’être posée spécifiquement en ce qui concerne les périodes dites « anciennes ».

L’étude des pratiques modernes d’édition nativement numérique offre à ce questionnement des perspectives inédites. Quelles méthodes et quels outils les humanités numériques viennent-elles apporter pour mettre au jour la place du document imprimé dans la genèse de l’œuvre de la première modernité, non pas comme une étape qui suivrait l’élaboration du texte, après le bon à tirer, mais comme une composante à part entière du processus génétique ? comment travailler sur la visibilité des variantes éditoriales d’un même texte ? quels repérages ? quelle granularité de l’annotation ? comment en restituer la dimension visuelle ? comment tracer le partage des autorités entre auteur et éditeur, de même qu’entre les différents acteurs (traducteur, compilateur, illustrateur, correcteur, imprimeur, libraire, infographiste, éditeur numérique, webmaster…) qui participent à l’élaboration de l’œuvre ?

Cette interrogation, cruciale pour les éditions anciennes comme pour les publications numériques, mérite également d’être formulée en termes épistémologiques : quelle est la pertinence du  schéma traditionnel de la génétique (mise en texte / bon à tirer / œuvre) appliqué à l’élaboration de l’œuvre littéraire de la première modernité ou de la publication numérique ? dans quelle mesure la réflexion sur les pratiques d’édition numériques permet-elle d’introduire des réajustements féconds pour penser la genèse des textes de la première modernité ?

Ce séminaire visera à dégager de ce champ de questionnement des problématiques affinées et à constituer un réseau de chercheurs susceptible de s’impliquer dans un projet de recherche consacré à la publication numérique des variantes éditoriales de la première modernité.