Poèmes corses de l’écrivain Petru Santu Leca

L’écrivain corse Petru Santu Leca (1879-1951) avait le projet de réunir ses créations poétiques dans un recueil bilingue qu’il aurait intitulé Les Parcs dans sa version française, et pour sa version corse Fiori di Machja, sans doute en écho au Fiori di Cirnu qu’écrivit son oncle, le poète, écrivain et polémiste fameux Santu Casanova. Le carnet de poésies et de vers qu’il tient à partir de 1895, où se mêlent corse, italien et français, accompagné d’un autre carnet de notes personnelles, auraient très vraisemblablement jeté les fondements d’une telle publication.

Avec ce projet de publication en ligne sur EMAN, voici aujourd’hui réunis ses poèmes corses. L’œuvre de Petru Santu Leca mérite en effet d’être regroupée. De quelques-uns de ses écrits, dont on connaît l’existence du fait qu’ils ne soient pas restés sans écho dans la presse et dans les revues qui lui sont contemporaines, on voit les traces s’effilocher après la Grande Guerre, et au cours de changements de domicile successifs.
Les textes ici rassemblés l’ont fait connaître et reconnaître parmi ses pairs comme l’une des plus belles plumes corses, l’un des représentants les plus brillants et les plus prometteurs pour son époque.

Le présent corpus a été publié dans l’ouvrage intitulé Petru Santu Leca. Fiori di machja. Textes rassemblés, présentés et annotés par Christophe Luzi. Cette publication scientifique a reçu le Prix du livre de la Collectivité de Corse, catégorie « ouvrage scientifique », remis par l’Accademia Corsa di i Vagabondi, commission littérature du Cunsigliu di a lingua.

Responsable du projet : Christophe Luzi

Chargés d’édition de corpus numérique : Mathieu Laborde & Théo Nguyen Van Hoan

Site ouvert : https://eman-archives.org/PetruSantuLeca/

(projet arrêté sur la plate-forme EMAN)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maria Laura Cucciniello (23 septembre 2021). Poèmes corses de l’écrivain Petru Santu Leca. EMAN. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6qm