Une expérience de saisies sur la plateforme e-Man de l’ITEM

Ce billet est réalisé dans le cadre d’une mission effectuée sur la plate-forme e-Man de l’ITEM et les différents projets qu’elle contient, en concertation avec le responsable de la plateforme Richard Walter. Cette mission avait pour objectif à la fois la mise à jour des champs Dublin Core et des métadonnées personnalisées de notices déjà intégrées selon les spécifications du guide de saisies propre à chaque site de la plateforme. À ce jour, la quasi-totalité du travail a été effectué sur sept sites différents notamment celui portant sur Aragon et les Lettres Françaises, le fonds Philippe Guillou ou encore la correspondance de Gaspard Monge.

Le but de cette prestation est d’enrichir et d’uniformiser les métadonnées génériques qui accompagnent les documents présents sur les sites d’e-Man. Le travail consiste techniquement dans le fait de remplir, modifier ou supprimer des champs Dublin Core concernant des collections, contenus ou fichiers en fonction des instructions présentes sur les guides de saisies et de les adapter aux différents contextes. Le Dublin Core correspond à un format descriptif pour le signalement et l’échange de ressources. Il a l’avantage d’être à la fois simple, il comprend 15 éléments différents (de contenus, de propriété intellectuel et d’instanciation), mais il permet de donner une quantité exhaustive d’informations propres à chaque spécialité. En tant que tel le Dublin Core appartient aux métadonnées internes et encapsulées (c’est-à-dire fournies dans une ressource). Outre les éléments de base du Dublin Core, la plateforme Omeka permet également l’utilisation de métadonnées personnalisées permettant de donner des informations supplémentaires et nécessaires en fonction des projets et des fonds qu’ils concernent.

La mission a fait appel à des compétences en encodage, en catalogage ainsi qu’à des connaissances sur le livre et les écris anciens, notamment du XIXeme et du début du XXeme siècle.

Bien que les instructions concernant l’encodage soient spécifiées dans un listing des champs propre à chaque site et établi avant le début du travail, il a été néanmoins nécessaire d’être en contact avec le responsable de l’édition numérique du projet car il arrive régulièrement d’être confronté à un aspect qui n’est pas précisé dans le guide de saisie ou à des cas où un certain nombre d’informations est déjà présent. Il a donc été nécessaire de se concerter avec le responsable de l’édition numérique pour savoir s’il faut garder, remplacer ou supprimer ces informations. Rapidement a été mis en place un système de court rapport, réalisé en fin de journée, résumant les avancées réalisées pendant la journée et les éventuelles interrogations ce qui a permis de contourner rapidement les quelques difficultés qui viennent d’être évoquées. Cela a également permis de pouvoir adapter le travail en amont pour ne jamais tomber dans un état de « chômage technique ».

Les différents sites et projets, sur lesquels j’ai eu à travailler pendant cette mission, font état d’un avancement et d’un contenu différents, certains possèdent déjà une architecture de données bien établie avec des collections, des sous-collections, des contenus mais peu ou presque pas de fichiers, tandis que d’autres possèdent un grand nombre de fichiers numérisés mais peu de données pour les exploiter.

Sur certains sites on peut constater qu’il n’existe pas toujours beaucoup d’informations sur l’aspect physique des documents, ce manque est d’autant plus regrettable du fait que le numérique implique fatalement une perte de matérialité pour le traitement scientifique des documents. C’est le cas notamment pour le fonds Philippe Guillou qui contient des documents de nature et d’aspect divers, retrouvés au sein d’un cahier Clairefontaine, ces différences et particularités ne sont pas précisées.

Un autre aspect pouvant être relevé est le peu de relations entre les documents qui ont été réalisées à l’heure actuelle, malgré les possibilités données sur ce point avec Oméka. Mise à part les relations évidentes existantes entre collections, contenus et fichiers, les outils de relations et de mots-clés ont peu été utilisés dans la plupart des sites. Néanmoins ceux-ci sont actuellement pour la plupart encore en travaux ou en projets, ainsi la priorité est mise à l’enrichissement des sites plutôt qu’à la mise en relation des données.

Ce travail sur la plateforme e-Man, bien qu’il soit assez mécanique, reste néanmoins agréable à exécuter car il se fait sur un matériel intellectuel d’un grand intérêt et il permet de travailler sur plusieurs projets d’un laboratoire de recherche.

Rémi Ossant

ancien élève du M2 PEEN du Centre d’études supérieures de la Renaissance


Cette entrée a été publiée dans Billets le par .

À propos Rémi Ossant

Détenteur du master Patrimoine Écrit et Édition Numérique du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, je travaille actuellement dans le domaine des humanités numériques. J’ai notamment œuvré à la réalisation de plusieurs projets au sein du Laboratoire Archéologie et Territoires de l’UMR CITERES ainsi que pour la plateforme E-man de l’Institut des textes et manuscrits et modernes.