Fonds Philippe Le Guillou : Carnets, lieux, figures de la création romanesque

Né en 1959 au Faou dans le Finistère nord, Philippe Le Guillou a développé très tôt une lecture symbolique et rituelle de son environnement familial, géographique et religieux. Les quelques vingt romans publiés au Mercure de France puis chez Gallimard convergent tous vers les lieux originaires de l’enfance. Les récits autobiographiques, assez distincts des romans sur le plan stylistique, explicitent par ailleurs les sources et les lieux fondateurs des douleurs, des joies, des découvertes, des définitions de soi, la construction des angoisses et des certitudes.

En nous confiant une partie de ses carnets de travail, avant que Philippe Le Guillou ne passe à la fin des années 90 à une écriture presque directement assistée par ordinateur, l’auteur nous livre un précieux témoignage sur la construction des figures, des paysages et des personnages dans son oeuvre, à quoi il nous a permis d’ajouter quelques éléments et objets qui viennent de ses voyages et de ses fascinations quotidiennes pour la littérature, la religion chrétienne, l’étrange, la peinture, la photographie, le cinéma, la musique contemporaine et classique.

Le Fonds Le Guillou, en cours d’édition sur la plate-forme e-Man, sera donc un fond de manuscrits et de carnets mais contiendra également des photographies documentaires concernants les éléments concrets d’inspiration de cet auteur singulier dans le paysage littéraire contemporain.

(projet arrêté sur la plate-forme EMAN)



Citer ce billet
Richard Walter (2016, 9 décembre). Fonds Philippe Le Guillou : Carnets, lieux, figures de la création romanesque. EMAN. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6jj