Numérisation d’un corpus presse et génétique de l’oeuvre : le cas Aragon, par Luc Vigier

Présentation de Luc Vibier lors de la journée d’études sur les corpus sériels, « Le cas des Lettres françaises d’Aragon« , a eu lieu le 5 décembre 2016, à la MSHS de Poitiers
L’argumentaire est disponible sur notre site.

 

C’est une longue histoire que celle de la numérisation scientifique des Lettres françaises. Depuis dix ans, si ce n’est plus, j’ai cherché des possibilités techniques, des financements et je me suis heurté (avec d’autres membres de l’équipe ERITA, dans les années 2000) à deux obstacles : un premier obstacle technique, celui de la numérisation des micro-films qui existaient déjà. Il s’est avéré à l’époque impossible de générer une numérisation lisible des micro-films. L’autre obstacle était (est toujours) celui des droits. Jean Ristat, exécuteur testamentaire d’Aragon m’avait alors signé un accord plein et entier, j’avais obtenu celui du Parti communiste, partiellement détenteur des droits sur le titre, le reste relevait donc de l’audace. Aucune bibliothèque ne m’a suivi, aucune édition en ligne n’a voulu prendre le risque (et on peut les comprendre, évidemment) d’une numérisation des images dont chaque numéro, notamment de 1948 à 1972 est littéralement rempli. Des recueils partiels d’articles ont été publiés reprenant les grands textes d’Aragon (Chroniques, chez Stock, par Bernard Leuilliot, qui recueille aussi des textes en dehors des Lettres françaises) mais la perception du contexte de presse, la prise en compte de l’environnement de chaque numéro et des liaisons des numéro entre eux en est fortement affaiblie. L’enjeu d’une lecture globale est pourtant considérable et j’ai eu l’occasion, avec Maryse Vassevière, d’en rendre compte lors d’un colloque que nous avons organisé sur les Lettres françaises dont les actes ont été publiés dans Recherches croisées en 2013 aux Presses universitaires de Strasbourg. On trouvera également de ma part une analyse d’un numéro de 1955 dans un collectif de G. Bridet et C. Piotr (« Voix de Presse, Les Lettres françaises en 1955″, in Bridet, Guillaume, et Christian Petr. Écrivains communistes français : enjeux et perspectives. Paris : L’Harmattan, 2011) et de très riches analyses de Julie Morisson dans sa thèse (Le Roman de l’art, Université de Poitiers, 2013) ainsi qu’un article récemment paru dans Les Cahiers Aragon n° 1 (« L’écran-journal »).

Les jeux d’interactions et de paroles croisées échangées entre Aragon et ses rédacteurs sont des phénomènes qui constituent le « tissu » même de cet hebdomadaire, qui répond par ailleurs à des propos tenus dans d’autres lieux de la presse artistique ou politique. La perspective génétique ajoute à ce « texte » particulier de la  presse les éléments d’une observation des processus de fabrication des discours endogénétique mais également des liens exogénétiques qui font des Lettres françaises un foisonnant laboratoire d’écriture pour l’écrivain et poète Aragon. On peut lire l’évolution de la position d’Aragon sur un sujet, les échos de ces positions chez les collaborateurs du journal, les discussions voire les disputes internes mais aussi, outre les pré-publications en bonnes feuilles des ouvrages à paraître d’Aragon, un travail d’exposition progressif des matériaux de certains recueils poétiques et de certains romans à venir. C’est ce travail souterrain que le dispositif de la plate-forme e-Man permettra, à terme, de décrire, comme l’a bien montré ce jour l’exposé d’Alice Lebreton (qui prépare un mémoire de master à l’université de Poitiers) en favorisant la mise en valeur des liaisons au sein d’un même numéro mais aussi en détectant les fragments d’une création en cours dont les Lettres françaises révèlent les tentatives, dans un jeu subtil d’Aragon avec plusieurs surfaces d’écriture convoquées en simultanéité. La numérisation du corpus continue de poser des problèmes de volumes mais les collaborations en cours devraient permettre une saisie d’ensemble de ce journal, à l’abri des la plateforme sécurisée d’ e-Man, qui viendra rejoindre le corpus numérisé des Lettres françaises clandestines par la BNF. Nul doute qu’à partir d’un certain nombre de numéros le travail engagé par notre équipe intéressera de nombreux chercheurs de tous les domaines des sciences humaines.