Génétique éditoriale de la première modernité _ compte rendu de la deuxième séance

13 décembre 2016, ITEM, Paris 17e.

Publier en ligne les variantes éditoriales des textes de la première modernité.

Quels méthodes et outils ?

La séance du 13 décembre a consisté à confronter la définition des enjeux présentés lors de la première séance (spécificités des textes produits et imprimés au cours de la première modernité, pertinence des outils numériques d’édition, de visualisation et d’exploitation) à un corpus, que l’on a défini à trois niveaux :

– le type d’ouvrages : on est parti du principe que le corpus général des « Trésors de la Renaissance », ensemble des ouvrages imprimés en langue française entre 1470 et 1630 qui s’intitulent « t(h)résor » (actuellement une centaine d’œuvres identifiées, pour environ 400 éditions), témoignait de pratiques de production, de circulation, d’agencement, de diffusion, de réception et de réactualisation fort courantes au XVIe et XVIIe siècles. La constitution en cours d’une bibliothèque numérique, élaborée avec l’outil Omeka sur la plateforme e-Man et intitulée « Thresors de la Renaissance », vise à donner accès à l’ensemble des éditions d’une même œuvre (considérée comme une collection de données), en mode image pour les pages de l’édition numérisée, et en mode texte pour la transcription de l’ensemble des péritextes. Les métadonnées (en DublinCore et personnalisées) associées aux fichiers (une page numérisée constituant un fichier), aux notices (une édition – voire un exemplaire pour la prise en compte des annotations manuscrites – identifiée par une date, un imprimeur, un lieu de publication, et éventuellement un lieu de conservation pour l’exemplaire) permettent d’associer à ces fichiers, notices et collections des informations thématiques, génériques et des mots-clés afin de rendre possible l’interrogation des données.

– le choix du corpus test : l’objectif du séminaire technique (de 14h à 15h) est de produire une édition critique numérique d’un recueil collectif de textes poétiques qui a connu plusieurs éditions, de 1554 à 1599, chacune des éditions connaissant de profondes transformations (suppression, adjonction, réécriture de pièces, réorganisation de l’ordre des pièces dans le volume, variantes typo-iconographiques, etc.). Avec une granularité plus fine que pour la bibliothèque numérique des « Thresors de la Renaissance », on partira du principe que la collection (l’œuvre) qu’est le Trésor des joyeuses inventions se compose de l’ensemble des pièces des 4 éditions dont on effectuera une transcription dans les différentes versions qui figurent dans les 4 éditions, en respectant les variantes graphiques et de ponctuation. L’unité de base du travail de transcription, de contextualisation et d’annotation critique est donc la pièce poétique, identifiée par un incipit (à la forme graphique variable). L’un des questionnements méthodologiques portera sur le choix de l’outil d’édition, qui permettra de tester les limites de l’outil Omeka.

– le réseau de livres qui servent de réservoir textuel aux imprimeurs qui publient les différentes éditions du Trésor des joyeuses inventions. Publier le Trésor des joyeuses inventions nécessite de rattacher chacune des pièces qui le composent aux autres occurrences de leur parution. Le corpus primaire du Trésor des joyeuses inventions doit donc être replacé dans son contexte de publication, dont le corpus des recueils-sources constitue un premier témoin. D’autres éléments structurant ce réseau de publication (comme la production de chacun des imprimeurs ayant publié l’ouvrage, par exemple) pourraient également venir enrichir la représentation de ce contexte de publication.

La question est de savoir, face à cet objet complexe qu’est le Trésor des joyeuses inventions, entendu comme une collection d’éditions proposant plusieurs reconfigurations d’un ensemble de textes extraits des recueils à succès de l’époque, quels outils concevoir pour prendre en compte les spécificités d’un mode de publication courant aux XVIe et XVIIe siècle.

Avant de concevoir ou d’utiliser des outils, il importe de voir ce qui se fait ailleurs. Un état de l’art de la publication numérique de textes anciens a été fait.

Une vraie bibliothèque virtuelle avec un appareil éditorial minimum, une courte notice avec simples métadonnées Dublin Core, mais remplies exhaustivement. Le but principal est de donner accès à l’édition numérisée  et de faire des recherches de documents avec moteur de recherche à facette et qui gère les variantes. Beaucoup de numérisations sont faites à partir de microfilms. Mais on a une grande masse de références, de descriptions et d’accès à des contenus.

Le CEPM (Corpus Électroniques de la Première Modernité)  est un corpus méthodique qui rassemble des œuvres suivant une thématique ou une problématique singulière.

  • Une sélection de pièces liminaires dans le projet Idées du Théâtre : http://www.idt.paris-sorbonne.fr
  • Une édition en ligne d’une unique œuvre, comprenant une reproduction des éditions et un apparat critique textuel : le Règne d’Astrée (dir. Delphine Denis) sur http://www.astree.paris-sorbonne.fr. L’édition hypertextuelle est possible par une visualisation à plat et accès par table des matières, comme pour un livre. Voir l’édition de 1607.
  • Une édition en ligne de l’œuvre d’un auteur : Molière 21 sur http://www.moliere.paris-sorbonne.fr en complément de l’édition Pléiade de 2010. Elle veut donner accès à autre chose que l’édition papier :
    • une « base de données intertextuelle donnant accès à un ensemble de plusieurs milliers de textes ou d’extraits de textes éclairant, dans leur contexte, des passages des comédies de Molière »,
    • « un outil de visualisation des variantes textuelles permettant, pour une sélection de pièces, de comparer différentes versions du texte de Molière ».

Résultats :

  • Une édition « simple », chaque vers est commenté sur une nouvelle page et non en vis-à-vis du texte. Voir L’école des maris.
  • Une visualisation des variantes qui est plus un outil d’exploitation que de lecture : voir la comparaison sur Le Festin. Le principe est d’avoir une édition pivot sur laquelle on rajoute des couches de variantes.

Les éditions numériques varient en fonction des projets : chaque édition est un site avec un type de navigation.

  • Œuvres multimédia

Projet de Françoise Rubellin sur les parodies d’opéras : http://www.theaville.org. Le projet permet des types d’entrée thématique par œuvre et gère les péritextes en tant que tels (préfaces…). Un grand effort de valorisation et de lisibilité.

Projet de livre augmenté : Candide sur https://candide.bnf.fr (consulter « Candide, l’édition enrichie »). C’est une édition annotée avec feuilletage tel un livre.

  • Edition complexe et donc savante : les BVH sur http://www.bvh.univ-tours.fr

Les Bibliothèques virtuelles humanistes rassemblent une grande variété de projets, c’est un riche assemblage d’éditions et d’outils. Elles donnent accès aussi bien à :

  • une sélection de fac-similés d’ouvrages de la Renaissance numérisés
  • la base textuelle Epistemon, avec des transcriptions en XML-TEI

Pour chaque texte, il y a systématiquement un long et précis travail de transcription et d’analyse. il y a accès à l’édition numérisée et transcription diplomatique (avec balisage XML/TEI). Voir la liste des éditions. Un exemple avec Thomas More : une notice exemplaire, des options de consultation avec différents niveaux de couleurs, des outils d’exploitation avec Philologic et un export TEI  pour avoir toutes les sources.

Support de présentation :

Publier en ligne les variantes éditoriales des textes de la première modernité. Quels méthodes et outils ? par Anne Reach-Ngo



Citer ce billet
Richard Walter (2017, 2 janvier). Génétique éditoriale de la première modernité _ compte rendu de la deuxième séance. EMAN. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6jo