Fonds Thierry Smolderen : génétique des scénarios de bandes dessinées

L’expansion rapide des nouveaux territoires éditoriaux de la bande dessinée, attestée par tous les spécialistes, a généré des domaines de recherche proliférants, notamment en sciences humaines où les contacts de la bande dessinée avec la littérature ont favorisé sa prise en charge par des universitaires issus de la linguistique, de la littérature générale, de la littérature comparée, de la philosophie, de la sociologie et de la psychologie. Cette effervescence critique et scientifique (histoire, définition des territoires des genres, typologies, analyses des « écritures graphiques », imaginaires, techniques, représentation, théorie de la fiction) se manifeste également sur le plan de la génétique qui depuis seulement quelques années s’est approchée de la singulière composition des dossiers préparatoires du 9ème art.

Que ce soit du côté des oeuvres d’encre, de couleurs et de papier ou bien des oeuvres numériques (par transposition, par augmentation ou parce qu’elles sont nativement numériques) leur connaissance implique une exploration approfondie des processus stratifiés et longs (certaines bandes dessinées demandent plusieurs années de maturation) et l’invention d’outils capables d’embrasser la richesse des matériaux premiers (carnets, esquisses, photographies, documentation, maquettes, story-board, correspondance, outils, crayons, couleurs, lieux, ateliers, contrats…) et de les relier.

A cet égard, une plateforme comme Eman peut s’appuyer sur ces nouveaux matériaux pour développer des environnements adaptés et nouveaux destinés à l’analyse scientifique de la bande dessinée. Réciproquement, les dossiers génétiques de la bande dessinée papier ou numérique ne peuvent que bénéficier de la puissance de traitement d’une telle interface dont les opérations de hiérarchisation, de liaison, de brassage des grandes masses de données, y compris dans le traitement de l’image, facilite une vue d’ensemble puissante et rapide.