Carnets de Philippe Le Guillou sur e-Man

Constitution du Fonds en 2016

Le prêt par Philippe Le Guillou d’une partie de ses carnets de travail, d’écriture et de recherche — qui s’inscrit dans la logique des dons de manuscrits d’écrivains contemporains au sein de l’IMEC à ceci près que la consultation des données sera dans ce cas une consultation en ligne — est à mes yeux l’occasion d’une exploration génétique globale des procédures de fictionnalisation:  elle prend en compte les carnets mais également les objets collectionnés par l’auteur, les entretiens audio-visuels, la correspondance, pointe dès que c’est possible vers les référents documentaires que de simples liens hypertextes peuvent faire apparaître et dans l’idéal pourrait également s’étendre (devrait) aux données publiées par l’auteur sur les réseaux sociaux, notamment les éléments de géolocalisation, en relation étroite avec l’imaginaire et la mémoire des lieux.

sem_gen_item_leguillou-_-janv2017

Séminaire inaugural et présentation de l’oeuvre

Le séminaire inaugural de l’ITEM, le 18 janvier dernier, à l’invitation de Nathalie Ferrand et d’Aurèle Crasson, a été l’occasion de présenter l’oeuvre romanesque et essayiste de Philippe Le Guillou ainsi que certains des éléments récurrents de son déploiement, à partir du premier Cahier Clairefontaine consacré — en ligne (mode réservé) sur Eman — à ce qui s’intitulait à l’origine le Pape noir (devenu Le Dieu noir, paru au Mercure de France en 1987). On trouvera ci-après le propos d’introduction à l’ entretien qui a eu lieu rue d’Ulm, Salle des Résistants.

Déploiement et prolifération

L’oeuvre de Philippe Le Guillou se déploie depuis le milieu des années 80 avec constance et énergie, en parallèle d’une carrière elle-même prolifique, qui l’a mené de l’enseignement dans les classes préparatoires des grandes écoles (Rennes) à l’inspection académique, puis à l’inspection générale, à la présidence de l’agrégation de Lettres, le décanat de l’agrégation, ou encore à un séminaire de Littérature à Sciences Po Paris.

Phillippe Le Guillou n’a cédé ni sur sur l’écriture, ni sur son rôle dans l’éducation nationale, et aujourd’hui, c’est un auteur qui, s’il regarde derrière lui, verra une vingtaine de romans, une dizaine d’essais, des ouvrages réalisés souvent avec des artistes et des biographies de figures religieuses. De fait, très tôt dans son oeuvre romanesque se fixe une série de schèmes symboliques qui ont trait à la puissance du sacré, des rites, des initiations, des figures tutélaires, des trajectoires du désir, des symboles anciens, du religieux au sens premier du terme de lien avec les forces de l’Esprit. Simultanément, et presque même avant, c’est la littérature qui se trouve sacralisée, placée au plus haut, au même rang que la musique, la peinture, le cinéma, les grands arts visuels et plastiques et dans le même mouvement la figure de l’écrivain, maître des identités, des nominations et des images.

Présences tutélaires

Des présences tutélaires variées hantent ainsi Philippe Le Guillou, alors qu’il n’a pas trente ans: à côté d’un intérêt prononcé pour les textes et les édifices religieux, et d’abord ceux de son Finistère natal, on voit apparaître des figures de pères littéraires comme Chateaubriand, Barbey d’Aurevilly, Rimbaud, Julien Gracq, Montherlant, Proust notamment, mais aussi Giono, Mauriac, Bernanos, Malraux (dont l’auteur collectionne moins les manuscrits que les éditions originales), autrement dit pas exactement, pas seulement la grande tradition catholique française, mais un mélange instinctif de ces admirations fondamentales, qui peuvent être fort éclectiques, où l’on trouvera des contemporains comme Gracq, Tournier, Patrick Grainville, par exemple.

Trois grands genres se sont installés comme formes récurrentes parmi une quarantaine de titres aujourd’hui disponibles: l’épopée mystique et religieuse (avec L’inventaire du vitrail, publié à 24 ans, Le Dieu noir, Le Pont des Anges par exemple, qui se concentrent sur des lieux de culte et pour les deux derniers sur la figure du Pape auquel on peut ajouter le prolongement documentaire déjà présent dans les deux précédents Le Pape des surprises, consacré au Pape François) l’essai littéraire, l’essai esthétique, le récit autobiographique et la biographie (Malraux, De Gaulle, figures de saints) qui constitue aujourd’hui un ensemble important qui dit toute l’attention que Philippe Le Guillou porte à ce qu’on pourrait appeler la religion du Livre, dans tous les sens que vous voudrez.

Religion du livre et des arts

Parce qu’il s’agit également d’une religion du texte, du langage, de la musique, ce qui attache à cette oeuvre, c’est peut-être une  singularité classique de la voix. Je veux parler du style, de ciselé spontané, d’une forme de scansion qu’on ne peut qualifier tout à fait de régulière. C’est la sensation que l’on a quand on lit les premières pages et très vite, c’est un style des surprises, soit sous forme de discrètes variations lyriques, poétiques, sonores, de poèmes en prose, soit sous forme de décrochages étonnants qui font sortir la phrase de ses ornières ou de ses rêveries pour explorer le langage vif du dialogue, ou décrire les surprises du réel, notamment dans le roman, où les jeux poétiques peuvent atteindre des niveaux assez exceptionnels, qui frôlent le défi ou la folie, dans Le Livre des Guerriers d’or par exemple, l’un des romans arthuriens les plus déconcertants de l’ensemble.

On peut également rencontrer Philippe Le Guillou par la peinture, la musique et ces exercices d’admiration que sont Déambulations (où se côtoient quelques grands surréalistes, Breton, Max Jacob mais aussi des musiciens contemporains comme Yves Tanguy), ou encore plus récemment La Presqu’île, titre emprunté à Gracq mais qui parle non pas de mais avec Mathieu Dorval, dans l’esprit du livre de dialogue entre le poème et l’oeuvre picturale. L’oeuvre vit de ce sang-là, qui est celui des écritures vives, incandescentes, adressés, souvent issues d’intuitions fortes, de fulgurances, de hasard.

Récits autobiographiques

Cette densité chanté et scandé de l’oeuvre romanesque trouve dans la sobriété sensible des récits autobiographiques un contrepoint assez net, même si les obsessions à l’oeuvre dans le roman s’y retrouve déployées, ou plutôt saisies, enchâssées et avouées dans leurs origines autobiographiques. De nombreux lecteurs ont ainsi découvert cette voix particulière en lisant les Marées du Faou où Philippe Le Guillou revient sur les figures de l’enfance, notamment les deux grands parents, l’un représentant le récit mythologique, l’abondance des figures et des récits, l’autre le silence habité, comme on les avait vus dans Le Passage de l’Aulne, et plus récemment dans Géographies de la mémoire, mais aussi en lisant les récits d’hommages aux disparus, Fleurs de Tempête, pour Hélène, Novembre pour son père, qui sortira en février 2017. 

Etudes

La densité de l’oeuvre, sa complexité, mais aussi cette cohérence qui semble émaner d’un même « laboratoire central » (M. Jacob) commence tout juste à intéresser les universitaires, et l’on a vu paraître une thèse (Michèle Ruivo-Copin sur la figure du père et la filiation), quelques articles (Jean-François Frackowiak), et j’ai signalé tout au long de ces années par quelques textes l’intérêt de ce chant. On ne peut que se féliciter que Philippe Le Guillou ait accepté de répondre favorablement à cette idée de la création d’un fonds numérique constitué à partir de ses manuscrits, de ses documents de travail, de ses carnets, dans le prolongement de ce qui se fait à l’IMEC près de Caen (qui serait d’ailleurs un lieu parfait pour l’ensemble des carnets) ou encore d’une partie du département des manuscrits à la BNF. Je n’ai pas encore achevé de constituer l’intégralité du dossier du Dieu noir. Mais pour cette expérience que je mène en accord avec le directeur de l’ITEM, Paolo d’Iorio, et le responsable du projet Eman, Richard Walter, j’ajoute à l’idée d’un fonds celle d’une numérisation et d’une analyse des données génétiques par l’outil numérique. Je vais donc en dire quelques mots, même si le fonds pour ce roman est loin d’être complet, ce qui nous permettra ensuite d’ouvrir le dialogue avec l’auteur.

Fonds Philippe Le Guillou sur Eman: oeil numérique et génétique textuelle.

Le dispositif est à ce jour principalement visuel — une quinzaine de pages seulement ont été transcrites — et permet de présenter les manuscrits au public, si l’auteur donne son accord, dans leurs fascinations propres, leur anarchie ou leur ordre, leurs couleurs, leur dynamique, leur vitalité. Ce sont des écritures, des traces, elles attestent le passage de la main, ce sont des prolifiques et gigantesques signatures qui viennent chercher en nous ces instincts de curiosité, d’indiscrétion, mais aussi d’archéologues. A ce titre le numérique, qui n’est pas forcément le lieu le plus confortable pour consulter et lire des manuscrits a l’avantage de protéger l’original et de rendre possibles toutes sortes de pulsions scopiques exploratoires et de véritablement placer le document sous microscope. Lumière traversière, épaisseur, textures, possibilités multiples d’extractions et de dissections par sélection. Il permet de mettre en valeur autant des données visuelles qu’audio-visuelles, des documents complémentaires de tous les formats. A ce titre le numérique (et ce type de dispositif) correspond complètement au projet de la génétique des textes: la possibilité de prendre en compte les formats les plus variés, et les documents quels que soit leur volume, leur forme, leur nombre, leurs connexions. 

De la recherche à la fiction: métamorphose des intuitions

Cette première campagne de numérisation du Fonds Philippe Le Guillou a fait apparaître un certain nombre de secteurs d’intérêts, comme les lieux d’écriture, les lieux référentiels et fictionnels (ici le Vatican, ses salles, ses frontières, ses territoires, ses jardins, ses habitants) les formats et couleurs d’écriture (noir, vert, rouge, bleu), les textures du support, les dispositions successives de la prise de notes et des amorces narratives, les dynamismes relatifs des blocs de textes, les témoignage d’un intérêt particulier pour telle figure (reprises, corrections, ajouts, des éléments de durée, les éléments graphiques et non verbaux, la génétique traditionnelle des sources, le récit d’un séquençage progressive et de l’organisation générale, la création des personnages, l’apparition des noms, les phénomènes intertextuels, le cas particulier de l’intertexte biblique, les éléments de contexte, les dates, les lieux d’écriture,la dimension documentaire, la jonction et les transitions document / recherche / fiction et les moments identifiables de la métamorphose lexique obsessionnel / récit ou figure / personnage, la présence partout de référents visuels (photographie, cinéma, documentation) constitués en hantises et récurrences.

Oeuvres publiées (source Wikipedia):

Romans

  • L’Inventaire du vitrail (Mercure de France, 1983)
  • Les Portes de l’apocalypse (Mercure de France, 1984)
  • Le Dieu noir (Mercure de France, 1987). Chronique imaginaire du pontificat d’un pape africain, Miltiade II.
  • La Rumeur du soleil (Gallimard, 1989)
  • Le Donjon de Lonveigh (Gallimard, 1991). Un écrivain reclus en Irlande reçoit un jeune critique littéraire.
  • Le Passage de l’Aulne (Gallimard, 1993). Un jeune homme fait retour sur lui-même, notamment sur ses années d’études en Bretagne
  • Livres des guerriers d’or (Gallimard, 1995)
  • Les Sept Noms du peintre (Gallimard, 1997). L’histoire d’Erich Sebastian Berg, peintre imaginaire, lancé dans une quête folle de la beauté et de l’absolu – prix Médicis 1997
  • L’Orée des flots. Rêverie tristanienne, suivi de Pour une poétique arthurienne (Artus, 1997)
  • Douze années dans l’enfance du monde (Gallimard, 1999). Récit imaginaire des douze premières années de la vie du Christ.
  • Les Proximités éternelles (récits, Mercure de France, 2000)
  • Le roi dort (Gallimard, 2001) Prix Charles Oulmont de la Fondation de France 2001
  • Les Marées du Faou (Gallimard, 2003). Récit autobiographique de son enfance en Bretagne.
  • Après l’équinoxe (Gallimard, 2005).
  • La Consolation (Gallimard, 2006). La suite d’Après l’équinoxe.
  • Le Déjeuner des bords de Loire suivi de « Monsieur Gracq » (Gallimard, Folio, 2007). Récit de rencontres avec Julien Gracq.
  • Fleurs de tempête (Gallimard, 2008).
  • Le Dernier Veilleur de Bretagne (Mercure de France, 2009). Dernières rencontres avec Julien Gracq.
  • Le Bateau Brume (Gallimard, 2010).
  • L’Intimité de la rivière (Gallimard, 2011).
  • Le Pont des anges (Gallimard, 2012).
  • Le Chemin des livres (Mercure de France, 2013).
  • Les Années insulaires
  • Paris intérieur, récit (Gallimard, 2015).
  • Géographies de la mémoire (Gallimard, 2016).
  • Novembre (Gallimard, 2017).

Essais

  • La Main à plume (Artus, 1987)
  • Julien Gracq. Fragments d’un visage scriptural (La Table Ronde, 1991)
  • Le Songe royal. Louis II de Bavière (Gallimard, 1996)
  • L’Inventeur de royaumes. Pour célébrer Malraux (Gallimard, 1996)
  • Chateaubriand à Combourg. Une initiation chevaleresque (avec des photos de Jean Hervoche, Christian Pirot ed., 1997)
  • Stèles à de Gaulle (Gallimard, 2000)
  • Chateaubriand et la Bretagne (Blanc Silex, 2002)
  • Stèles à de Gaulle, suivi de Je regarde passer les chimères (édition revue et augmentée, Folio, 2010)
  • À Argol il n’y a pas de château (Pierre-Guillaume de Roux, 2014)
  • Le Pape des surprises (Gallimard, 2015)
  • Géographies de la mémoire (Gallimard, 2016)

Albums

  • Immortels. Merlin et Viviane (avec des dessins de Paul Dauce, Artus, 1991)
  • Un donjon et l’océan. La Bretagne de Chateaubriand (avec des photos de Jean Hervoche, Artus, 1995)
  • Brocéliande (photos de Yvon Boëlle, Ouest-France, 1995)
  • Arrée. L’Archange et le dragon (avec des photographies de Bernard Galeron et de Jean-Baptiste Grison, Artus, 1996)
  • Îles (avec des photos de Jean Hervoche, Terre de Brume, 1999)
  • Des Bretagne très intérieures (avec des photos de Yvon Boëlle et de Jean Hervoche, ainsi qu’une introduction de Marc Nagels, Hoëbeke/Artus, 2000)
  • Louedin (en collaboration avec Patrick Grainville et Bertrand Duplessis, textes qui accompagnent le parcours du peintre, La Bibliothèque des arts, 2002)
  • Theoria Sacra (textes sur des peintures de Richard Texier, Le Temps qu’il fait, 2009)