Aragon dans Les Lettres françaises : séries, liens et extensions par polarités

hikmet

Les Lettres françaises, 3-9 octobre 1963, extrait de Les Romantiques de Nazime Hikmet, illustré par Abidine.

La gestion d’un corpus aussi important que l’hebdomadaire des Lettres françaises, dirigé par Aragon de 1953 à 1972, implique, dans la perspective qui est la nôtre, un certain nombre de choix de lectures et de combinaisons d’approches. En l’occurrence, s’il s’agit de souligner — et concrètement de montrer et d’analyser —  la présence et le rôle de l’hebdomadaire dans les processus d’écriture d’Aragon pour la poésie, le roman, l’essai (approche de l’hebdomadaire comme série d’éléments exogènes) et l’écriture journalistique elle-même (approche endogénétique). On peut dans ce cas de figure envisager une indexation chronologique de tous les articles des Lettres Françaises et une accentuation analytique des numéros où Aragon est auteur ou fortement cité (dans le cas des commentaires sur ses oeuvres écrits par des collaborateurs ou des écrivains extérieurs à l’équipe du journal).

Les premières approches de ce corpus sériel (voire les travaux de Julie Morisson dans sa thèse et lors de la journée de rentrée sur la numérisation de corpus sériels mais aussi les analyses et commentaires d’Alice Lebreton, publiés ici-même, qui se concentre sur la présence d’André Masson dans l’hedomadaire) soulignent pourtant qu’une autre démarche doit venir compléter la première, moins linéaire et plus dynamiquement étoilée. Il s’agirait dans ce cas de concentrer la numérisation des numéros sur les exemplaires où Aragon apparaît (comme auteur notamment) et schématiser au mieux les relations internes entretenues par l’article d’Aragon avec les textes de l’entité (phénomène fréquent où la cohérence rédactionnelle de l’hebdomadaire voire l’autoritarisme latent peuvent apparaître), avant de s’intéresser, sous la forme de schémas centrifuges aux relations de dialogue avec les numéros antérieurs (feuilleton polyphonique du discours sur le  figuratif par exemple) et les oeuvres antérieures autant qu’aux suites visibles dans les numéros suivants et les oeuvres postérieures.

Ce suivi translittéraire (Ted Nelson) et par extensions successives centrifuges me semble particulièrement adapté au travail en équipes et par pôles spécialisés (Aragon, Elsa Triolet, théorie du réalisme, place du discours scientifique, historique, archéologique etc). Dès lors la numérisation linéraire et chronologique peut être augmentée par des polarités problématiques disposées en étoiles et construites par contacts, avec expositions de numérisations partielles (découpage, captures d’écran) permettant de déplier une lecture hypertextuelle des données intellectuellement, esthétiquement ou théoriquement reliées.



Citer ce billet
Luc Vigier (Université de Poitiers - ITEM) (2017, 31 janvier). Aragon dans Les Lettres françaises : séries, liens et extensions par polarités. EMAN. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6jz