Retour d’expérience sur le séminaire virtuel d’introduction à la gestion de projet en humanités numériques

Le séminaire virtuel avait pour titre « Introduction à la gestion d’un projet d’Humanités numériques / Publier des données : De l’organisation à la diffusion en passant par la numérisation, la structuration, l’archivage » sur deux séances 19 & 20 janvier 2017, 10h-12h. Ce séminaire était organisé par Richard Walter (RW, intervention en français à Paris et rédaction des supports) et Veronica Trujillo (VT, organisation du séminaire à Las Palmas et traduction en espagnol).

Voici le retour d’expérience.

L’objectif de ce séminaire était de proposer une introduction à la gestion de projets numériques en Humanités numériques. Le programme était vaste, il voulait être une présentation méthodologique de tous les aspects de la gestion de projets de sources numériques, en allant même jusqu’à une présentation de la TEI.

Afin de favoriser la présence des collègues espagnols, nous avons décidé d’organiser le séminaire lors des semaines d’évaluation du premier semestre, fin janvier ; le choix de ces dates a permis d’avoir un nombre important d’auditeurs car les enseignants étaient libérés des cours. Il y a eu 18 inscriptions et finalement sont venus environ 14 personnes.

Au fur et à mesure de la présentation du séminaire, nous avons recentré le sujet des deux séances sur une présentation des principes généraux de l’édition numérique, ainsi qu’une très rapide présentation de la plate-forme e-Man. On a pu néanmoins présenter la plupart des définitions et des problématiques de l’édition numérique ; par contre nous n’avons pas abordé ou très peu les problématiques d’archive, de diffusion et d’exploitation, ainsi que la définition et la présentation du domaine des Humanités numériques. Nous avons pris en charge les deux premiers verbes du programme (organiser, numériser) et nous avons commencé à travailler sur les trois derniers (structurer, diffuser et archiver) qui pourraient faire l’objet de séances complémentaires.

Nous avons décidé de rédiger des diapositives en espagnol, le commentaire de RW sur ces diapositives a également été traduit et diffusé lors du séminaire sous forme de photocopies. Il a fallu au préalable l’écrire en français et le traduire en espagnol. Cette préparation a été plus longue que prévu, car rédiger le discours oral prend du temps et le traduire dans une autre langue aussi.

Il y a des problèmes techniques de communication, essentiellement pour faire entendre la voix et assurer que RW voit aussi les diapositives diffusées dans la salle du séminaire, pour pouvoir synchroniser son commentaire oral. Aucun système testé (y compris Skype) a été totalement satisfaisant. La solution adoptée était de passer les diapositives en local (VT suivait le texte et changeait la diapositive dès que le commentaire de RW était fini), pendant que RW disait son texte. Pour RW il fallut trouver un dispositif pour avoir son texte sous les yeux tout en regardant la caméra. Au final, c’est une grande solitude de parler devant l’écran informatique pendant deux heures, il est indispensable de voir la salle et l’assistance du séminaire. Il faudrait tester un système avec lequel RW pourrait voir le public en même temps que les diapositives projetées, en somme trouver ou adapter un système avec deux écrans ou webcams.

Quant au son, la qualité dépend énormément du microphone et des connexions car, lors de la première séance, il y a eu quelques problèmes de connexion avec un autre microphone qui avait une connexion bluetooth. Les problèmes de son et de connexion avec Skype qu’on a expérimenté lors du séminaire obligent à disposer de systèmes alternatifs (Hangouts ou autre), ainsi que d’un autre ordinateur de réserve, avec toutes les solutions installées au cas où un ordinateur tombe en panne. Bien évidemment,  il est également indispensable de ne pas utiliser une connexion wifi mais filaire.

***

Les interactions avec le public ont été peu nombreuses mais intéressantes. Malgré la barrière linguistique, les auditeurs ont pu suivre l’intervention de RW sans problème grâce aux traductions des diapositives et des commentaires. La présence de certains collègues francophones a dynamisé les interventions ; néanmoins, ceux qui ne connaissaient pas le français ont participé avec des commentaires et des questions en espagnol et avec une traduction de VT. Le fait d’interpréter certaines interventions a augmenté le temps consacré aux questions, cependant cela n’a pas vraiment ralenti la conduite du séminaire. Pour les séances suivantes, il faudrait réduire le temps de la présentation avec diapositives pour privilégier ces discussions.

Le retour du public a été très favorable et, particulier, pour ce qui concerne le contenu et le format du séminaire. Les auditeurs ont beaucoup apprécié l’exemple montré de la plateforme e-Man et ils ont demandé de faire d’autres séances du séminaire. Les collègues présents ont demandé pour la prochaine fois de proposer un cas d’étude en exposant l’élaboration d’un projet concret comme un de ceux qui sont sur e-Man. Parler, à partir d’un exemple, montrer les pas suivis lors de l’élaboration du projet ainsi que les difficultés rencontrées.

L’expérience est donc à renouveler, surtout pour aborder les domaines non traités de la diffusion, de l’archivage et de la structuration des données. Nous disposons aussi de supports écrits. Le travail de relecture et d’harmonisation en plus d’une publication ne serait pas énorme. On pourrait alors disposer en espagnol d’un guide méthodologique d’édition numérique de corpus en humanités numériques.

Veronica Trujillo et Richard Walter