Génétique éditoriale de la première modernité _ compte rendu de la cinquième séance

21 mars 2017,  ITEM, Paris 17e.

L’investigation de corpus poétiques massifs par le biais d’une base de données relationnelle : l’exemple des recueils collectifs de poésies au XVIIe siècle

par Miriam Speyer

Au XVIIe siècle, le recueil collectif devient le mode dominant de publication de pièces poétiques inédites. Ces imprimés, dont F. Lachèvre a dressé l’inventaire au début du xxe siècle, n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucune analyse systématique suivie. Une des raisons en est sans doute que l’étude du genre éditorial qu’est le recueil collectif de poésies pose des questions méthodologiques particulières, le choix d’un corpus représentatif de recueils confrontant le chercheur à un nombre de pièces poétiques trop élevé pour tous les étudier dans le détail. Comment, dès lors, rendre compte à la fois des recueils ainsi que de leur évolution et des pièces qu’ils contiennent ?

Afin de rendre possible cette approche double et à deux échelles radicalement différentes, le recours à l’outil numérique s’est imposé. En partant des tables des matières des recueils en question, le choix d’une base de données relationnelle (en SQL) offre une grande plasticité qui, au gré des requêtes, permet de faire ressortir les spécificités d’un recueil collectif en particulier ou des recueils collectifs de telle ou telle tranche d’années, ainsi que de tracer le destin éditorial de telle ou telle pièce, de ses réimpressions ou encore de sa « durée de vie ». La présentation de cet outil numérique visera alors de montrer qu’il rend possible non seulement une étude systématique et des recueils en tant qu’entités et des pièces qu’ils contiennent mais, du fait de sa souplesse, pourra également constituer le point de départ pour d’autres recherches et investigations encore à venir.

Titulaire de l’agrégation de Lettres Modernes, Miriam Speyer est doctorante contractuelle à l’université de Caen Normandie (laslar ea 4256). Elle élabore une thèse sur les recueils collectifs de poésies au XVIIe siècle (1597-1671) sous la direction de Marie-Gabrielle Lallemand. C’est dans le cadre de ses recherches doctorales qu’elle est en train de développer une base de données des recueils collectifs de poésies.



Citer ce billet
Richard Walter (2017, 4 avril). Génétique éditoriale de la première modernité _ compte rendu de la cinquième séance. EMAN. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6kf