Retour sur la rencontre CinEx Lab d’avril 2023

Le programme de recherche CinEx associe la création d’un dispositif numérique de recensement et de documentation de l’histoire des expositions sur le cinéma, avec des rencontres. Coup d’envoi de la série, une école d’automne s’est tenue en octobre 2022 à l’Ecole nationale des chartes, associant les études de cas par des chercheurs et chercheuses internationaux aux témoignages de professionnel.le.s des expositions et musées du cinéma1. Une deuxième manifestation a eu lieu les 13 et 14 avril 2023 à la Cinémathèque française proposant alors un atelier in situ.

  • Le dispositif de l’atelier in situ

La ligne de directrice de l’atelier in situ consiste à faire un gros plan sur une institution, sa pratique des expositions et les archives disponibles documenter ce phénomène. L’atelier a été préparé main dans la main avec les équipes de la Cinémathèque française qui ont accepté de se prêter à cet exercice consistant, en l’occurrence, à interroger la période 2005-2022. La période choisie correspond à celle des premières décennies d’activité de la Cinémathèque française au 51 rue de Bercy2. Le dispositif de l’atelier était le suivant :

  • Présenter la question des archives d’expositions et une vue générale de cette période dans l’institution à l’appui d’un ensemble documentaire identifié; dans ce cas : les rapports d’activités 2005 à 2022.
  • Laisser la parole aux acteurs/témoins. Pour ce faire, nous avons, d’une part, mis en lumière un certain nombre de fonctions en lien avec la mise en œuvre des expositions : production de l’exposition, chaîne de production des expôts audiovisuels, commissariat d’expositions, édition du catalogue, photographie. D’autre part, nous avons donné la parole à des partenaires institutionnels réguliers de la Cinémathèque française sur la période : la Caixa, avec laquelle elle coproduit des expositions depuis 2013, ce qui assure leur diffusion en Espagne ; la Deutsche Kinemathek, autre membre de la communauté FIAF3, dont l’activité de production d’exposition est comparable à celle de la Cinémathèque française4.
  • Proposer une visite de l’exposition temporaire en cours pour mettre en perspective les témoignages précédents.
  • Explorer différents types de sources en proposant des exercices spécifiques à chacun. Outre la projection suivie d’une discussion avec Fred Savioz autour de son film Traces fantômes, le musée d’un rêve (1999), une séance de travail sur documents a été proposée à un groupe plus restreint, constitué sur la base du volontariat.
  • La séance de travail de documents pour l’album CinEx

Lors de cette séance, qui s’est déroulée l’après-midi du 14 avril, les 20 inscrits ont été invités à devenir contributeur de l’album de photographies de CinEx proposé sur Eman. Avant la séance, 60 notices détaillées d’accrochages d’expositions, principalement organisées par la Cinémathèque française et ayant circulé hors de Paris, ont été intégrées dans le site. Une vignette représentant la couverture du catalogue de l’exposition constitue le visuel de la majorité de ces accrochages. Neuf d’entre eux étaient documentés aussi par des vues des accrochages parisiens, sélectionnées lors d’une séance préparatoire avec Stéphane Dabrowski.

Après une présentation d’Eman et du site CinEx, et de ses coulisses, les participant.e.s ont été invité.e.s à explorer le site. Après un temps d’échange, un premier exercice de commentaire de vues d’expositions a été proposé à des binômes appelés à travailler sur un ou deux accrochages. Globalement, cet exercice qui participe de la phase de test du site CinEx a permis de rendre évidents les éléments à prendre compte pour orienter les contributeurs dans leurs commentaires de photographies.

Cet exercice ayant pris beaucoup de temps, celui sur la description des catalogues d’expositions n’a pas pu avoir lieu dans les conditions prévues. Toutefois, le groupe a pu consulter et utiliser ces publications pour appuyer ses commentaires de photographies. Nous avons également pu comparer la diversité des formats des ces ouvrages, ce qui rendait bien plus concrète l’intervention proposée le matin-même par Sylvie Vallon sur l’édition des catalogues d’expositions de la Cinémathèque française.

Dans le bon déroulement de cet atelier, l’enthousiasme et la participation du public ont été précieux. Le soutien et l’accueil généreux de la Cinémathèque française ont été essentiels. Pour la mise en oeuvre, Véronique Rossignol, directrice de la Bibliothèque, fut la référente de notre projet et co-organisatrice pour la Cinémathèque française. Nous avons aussi bénéficié du soutien d’Agathe Moroval, la directrice des expositions, pour sensibiliser les équipes à ce projet. Au final, l’implication des personnels dans les échanges, la mise à disposition d’espaces adaptés aux différentes expériences proposées, mais aussi des ressources documentaires nécessaires à nos travaux, sont autant de facteurs qui ont contribué à la réussite de ce premier atelier in situ.

L’ensemble des enregistrements réalisés au cours de l’atelier, et dont la diffusion a été autorisée, est mis en ligne sur la Chaîne Canal U de l’école nationale des chartes.

__________________________________________________________________________________________________
 

1 Les enregistrements dont la diffusion a été autorisée sont disponibles sur la chaîne Canal U de l’ENC : https://www.canal-u.tv/chaines/enc/colloques-et-journees-d-etude/2022/cinex-lab-1

2 Créée en 1936, la Cinémathèque française est une des institutions qui s’est illustrée par la production régulière d’expositions dès les années 1940 et a encouragé leur circulation dans la communauté des archives du film. Henri Langlois, un de ses fondateurs et animateur central jusqu’en 1977, a également conçu un Musée du cinéma dans les galeries du Palais de Chaillot. Ce musée a été détruit suite à un incendie en 1997, ce qui a renforcé la mythologie qui l’entourait déjà.

3 Fédération internationale des archives du film

4 Comme la Cinémathèque française, la Deutsche Kinemathek propose une exposition permanente, des expositions temporaires et des projections de films dans ses espaces situés à Berlin.



Citer ce billet
Stéphanie-Emmanuelle Louis (2023, 26 juillet). Retour sur la rencontre CinEx Lab d’avril 2023. EMAN. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6ua

Cette entrée a été publiée dans Actualités des projets EMAN, Retours d'expérience le par .

À propos Stéphanie-Emmanuelle Louis

Docteure en histoire contemporaine de l'EHESS, elle a soutenu une thèse en 2013 sur la patrimonialisation du cinéma en France entre 1944 et 1968. Son approche croise muséologie, études visuelles et histoire des politiques culturelles et des usages sociaux du passé. Elle a travaillé en association avec l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP-CNRS) entre 2007 et 2021. Elle a intégré le Centre Jean Mabillon, EA de l'Ecole nationale des chartes où elle est coordinatrice des projets de recherche. Elle est responsable depuis 2019 du programme "Histoire de la pédagogie de la création artistique" et fait partie du collectif organisateur du Séminaire d'histoire culturelle du cinéma. Par ailleurs, elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'Association française de recherche en histoire du cinéma-AFRHC.