Compte rendu : séminaire technique : Florent Laroche, « Expertise numérique sur les projets Nantes 1900 et Salons Mauduit : modèles 3D et modèles sémantiques

Séminaire technique Corpus et humanités numériques : Retours d’expériences sur la mise en ligne de corpus en art et littérature, jeudi 17 octobre 2017

Florent Laroche (LS2N, Nantes), « Expertise numérique sur les projets Nantes 1900 et Salons Mauduit : modèles 3D et modèles sémantiques »

———————–

Présentation par Florent Laroche

Depuis plusieurs années, l’utilisation de la 3D n’est plus réservée à la seule production des images cinématographiques ni au monde du jeu vidéo. La 3D a intégrée l’ensemble des activités intellectuelles et physiques de notre vie quotidienne tant personnelle que professionnelle…

Le milieu muséographique n’a pas échappé à cette tendance. Il est partagé entre deux points de vue :

  • une capitalisation historique à des fins de compréhension scientifique de notre patrimoine industriel
  • et une vulgarisation à destination du grand public.

L’enjeu de ces nouvelles approches réside alors dans la déontologie que chaque acteur du patrimoine est prêt à mettre en œuvre pour aller au delà des belles images figurant usuellement de faux artefacts de notre réalité passée.

A travers plusieurs expérimentations, notre communication livrera les bonnes pratiques d’utilisation de la 3D tout au long du cycle de vie patrimonial d’un artefact ancien ou d’un site patrimonial : capitalisation, modélisation, valorisation.

———————–

Notes par Richard Walter

Il y a toujours le besoin de contextualiser les opérations : si on fait de la 3D ou de la numérisation, ce n’est pas pour l’aspect technologique. Ainsi pourquoi digitaliser nos collections patrimoniales ? On passera du musée réel au musée virtuel mais dans quel intérêt ? Avec la 3D, il s’agit de montrer des maquettes, de mettre en espace des objets habituellement représentés à plat, montrer comment ceux-ci fonctionnent et aussi comment des mouvements agissent à l’intérieur de leurs espaces.

Tout projet 3D est une représentation physique virtualisée. Il part d’une dimension patrimoniale : il s’agit de reconstituer une intelligence dans un espace-temps, d’explorer des connaissances et des savoirs faire. Le projet 3D doit alors énormément travailler sur les sources historiques et trouver pour cette reconstitution des repères sémantiques et temporels (dans le cycle de vie patrimonial).

L’outil numérique, 3D ou non, est un super écran mais il ne faut pas oublier les objets derrière : l’un objet patrimonial est aussi un outil de médiation pour des publicS (au pluriel). La 3D est un véritable outil de médiation : on ne peut faire une visite virtuelle que s’il y a un système de médiation qui l’accompagne. Faire de la 3D pour de la 3D ne sert à rien.

Pour réaliser en 3D, l’interdisciplinarité est nécessaire car elle implique de multiples compétences. Dans ce type de projet de mise en valeur patrimoniale, il y a besoin de se comprendre entre l’expert et le technicien. Puis il faut capitaliser les usages et les connaissances acquises pour en faire une utilisation pérenne (digitizing knowledge management) et pour créer une méthodologie outillée robuste et adaptée à chaque objet (un savoir-faire complexe). Cette création de modèle se fait dans une véritable approche scientifique interdisciplinaire.

La pratique de la 3D se base sur un « dossier d’œuvre » qui ressemble à un dossier génétique (regrouper les processus ayant abouti à la création d’une œuvre). Il faut mettre en interrelation tous les éléments : ils interagissent les uns avec les autres, d’où le besoin de créer des modèles. Cette modélisation soit partir de différents éléments : points d’intérêts, notices, relations… À la base de la modélisation, les données d’archives sont organisées en fonction de trois axes : espace / temps / sémantique. Sur ceux-ci, vient s’adapter l’outil de médiation multimodal lui-même basé sur trois axes : technologie, temps complexe, public.

Enfin, la 3D interroge la notion de territoire même sur des objets non palpables comme le livre. Il faut développer un modèle applicable à d’autres espaces patrimoniaux, avec des pratiques interdisciplinaires entre approches SHS et technique. In fine, cette 3D interroge le musée du futur et ses outils de valorisation.

 



Citer ce billet
Richard Walter (2017, 7 novembre). Compte rendu : séminaire technique : Florent Laroche, « Expertise numérique sur les projets Nantes 1900 et Salons Mauduit : modèles 3D et modèles sémantiques. EMAN. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6lc