Génétique de la bande-dessinée et de l’opéra : souvenirs d’un débat

Souvenirs du débat « La numérisation de collections à l’heure du big data » (avec Luc Vigier, Richard Walter, Emmanuelle Bousquet) le mardi 20 septembre 2016, au Château des ducs de Bretagne, Nantes, dans le cadre de la Nantes Digital Week.

Luc Vigier sur la génétique de la banque dessinée

La BD est un objet complexe et ses processus de création ont été peu étudiés jusqu’à présent. Pourtant le premier dossier génétique d’une BD est très connu, il s’agit de L’Alph art d’Hergé. Luc Vigier s’est lancé dans le projet d’effectuer la transposition de la démarche génétique sur le matériau servant à créer une bande-dessinée.

Pour la bande dessinée, on constate l’existence d’une protogénétique avec l’exhibition par les auteurs du matériau préparatoire et des travaux d’étapes d’une bande-dessinée : les planches originales servent surtout pour la vente, c’est un véritable marché. Il y a d’ailleurs dans les ventes une survalorisation de l’esquisse et du brouillon, qui sont des sources de revenus importantes pour les auteurs.

Selon Luc Vigier, il faut considérer le dessin comme spectacle : c’est aussi une performance dessinée. Deux objets nouveaux sont alors à prendre en compte. Il serait déjà souhaitable de faire une collecte des vidéos montrant l’artiste au travail, elles existent de plus en plus mais comment trouver et surtout gérer et garder les traces de celles-ci sur des outils comme You tube ou Daily Motion ? Et un autre phénomène nouveau est la prolifération des blogs d’auteurs qui montrent le travail en train de se faire ou l’artiste au travail. Cela provoque nouveau statut pour le dossier génétique qui doit ainsi faire l’objet d’une auto-collecte.

Avec la bande dessinée, nous sommes aussi dans la « microgénétique d’exécution » avec le passage du crayonné à l’encrage, processus qui provoque des changements. Puis il y aussi le fétichisme de la dédicace qui est un retour aux origines du travail initial, le crayonné, avec la reprise du trait original pour une nouvelle exécution.

Pour la génétique de la bande dessinée, il n’y a pas que des éléments graphiques, le scénario est tout aussi riche en processus génétiques. Il ne faut pas ainsi oublier de prendre en compte les éléments de « mondification » comme la création de listes pour décrire le monde imaginé.

On est vraiment dans les sentiers de la création ; de nombreuses pistes s’ouvrent pour la recherche. Mais il y aura toujours des pertes. Comment rendre compte de la matérialité de l’objet bande dessinée dans la numérisation ? Il y a une réelle perte de substance dans la numérisation.

Le dossier devient « monstrueux » et, pour faire face, il y a nécessité d’un travail d’équipe et de pouvoir bénéficier d’une collecte dynamique des données auprès des créateurs. Un autre impératif est de pouvoir consulter les données par ordre chronologique au fur et à mesure de la création de l’œuvre et non en fonction de la publication des sources.

La bande dessinée devient ainsi un objet de recherche. Pour preuve, a été créé un langage d’encodage basé sur XML et dévolu à la BD : le CBML (Comics Book Markup Langague). Il permet d’avoir une rationalisation des codes de description de la BD et fait rentrer les corpus du 9e art dans les humanités numériques.

Emmanuel Bousquet sur la génétique de l’opéra

La création de l’opéra provient de multiples écritures, c’est un véritable travail d’équipe de création. Pour créer le dossier génétique d’un opéra, il faut pouvoir synthétiser ces multiples écritures qui ont donné une œuvre. Qui plus est, ce processus n’est pas une suite linéaire. Et dans l’opéra, la création n’est jamais figée, même après la première sur scène.

Lorsqu’on travaille sur la création moderne, il ne faut pas oublier le rôle des dossiers de production et des documents publicitaires : ce sont des traces en l’absence d’autres.

Dans ce domaine, on assiste ainsi à une démultiplication des éléments à traiter mais on doit toujours partir à la recherche de l’élément source, originel. L’idéal sera de garder de façon systématique les traces à l’origine de l’œuvre. Il faut alors demander aux artistes de garder leurs traces et de les divulguer. Car il y a changement de paradigme avec les nouvelles démarches provoquées par le numérique : on peut tout garder… ou presque. Mais il faut de toute façon pouvoir gérer la frustration : on sera toujours gêné par la pièce manquante…

Richard Walter



Citer ce billet
Richard Walter (2016, 10 octobre). Génétique de la bande-dessinée et de l’opéra : souvenirs d’un débat. EMAN. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o6j2